"Ivan Ivanov, Sa 25e heure": une "tranche de vie", un regard humain sur un personnage hors du commun (avec vidéo)

Maurice Ivan Iva montage.JPGA force de bourlinguer dans tout le sud de l'Entre-Sambre et Meuse, promenant sa plume et son inséparable carnet de notes à l'affût du récit, Maurice Vandeweyer ne peut que récolter les bons mots, qui sont aussi les bons prétextes à offrir des "tranches de vie", saveur régionale en prime. Il nous en propose une nouvelle et belle illustration avec son livre "Ivan Ivanov, Sa vingt-cinquième heure", qui vient de paraître. Ce livre, basé sur l'existence d'un personnage, Ivan Ivanov, dont le passage n'est pas resté inaperçu dans la région Couvin-Chimay, est maintenant disponible dans de nombreux magasins. C'est aussi un regard neuf, ressenti et vécu, à propos d'un problème significatif de notre temps.

 

Appareil photo bien accroché, stylo à bille aiguisé et prêt à se poser sur le papier, carnet de notes aussi ouvert que le regard et la curiosité, Maurice Vandeweyer n'a pas son pareil pour décrire les gens et les comportements des Humains de sa région et les immortaliser au bout de sa plume, une bonne vivante, à son image... Il a eu l'opportunité de côtoyer un jour cet Ivan Ivanov, devenu vétérinaire de la région chimacienne après un passé mouvementé, unique. Maurice Vandeweyer eut aussi le bonheur d'une main heureuse, celle qui s'est posée sur une quinzaine de pages, manuscrites par celui qui allait devenir la "vedette" de son nouveau livre. Le hasard -si l'on peut écrire- des rencontres, s'est conclu sur 139 pages de bonne lecture.

Tranches de vie. Ce n'est pas une biographie: "Ivan Ivanov, Sa 25e heure", ne raconte pas une vie, mais des parts d'existence revenues en mémoire, que l'auteur a traduites de sa plume, au fil des rencontres, des anecdotes et aussi de ces formes d'empathies qui forcent l'intérêt, le rapprochement, la compréhension. Maurice Vandeweyer transcrit ici, aussi, l'itinéraire d'un homme pourchassé, harcelé, obligé de fuir... Ce regard n'est pas toujours exprimé ouvertement envers ceux qui nous demandent asile. Saluons l'auteur d'élargir davantage cette piste, voie ouverte à une meilleure vie ensemble des hommes.

"Ivan Ivanov, sa 25e heure" se lit bien, de belle manière. Les passages à la première personne traduisent le vécu et l'émotion, tandis que la troisième personne est requise à bon escient, pour replacer le vécu dans son contexte historique, institutionnel ou politique, et ce n'est pas toujours drôle. "Ivan Ivanov, Sa 25e heure" est à lire, pour la vie qu'il retrace, pour le personnage, pour l'auteur et sa plume. On peut trouver ce livre dans toutes les bonnes librairies de la région de Couvin-Chimay, voire du pays, et dans de nombreux magasins de cette région si chère à l'auteur.

"Ivan Ivanov, Sa vingt-cinquième heure", une histoire vraie tirée de ses mémoires, sous la plume de Maurice Vandeweyer". Aux Editions du Peuple.

B.TH.

La vidéo ci-dessous: Maurice Vandeweyer présente et commente son livre. ©Bernard Theis, mai 2013.

 

 

Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Gens d'ici et d'ailleurs, Vie associative, culture, arts 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.