Couvin: avec le décès du "Boc", le quartier du Fond de l'Eau est en deuil

ANTOINE Yves dit Le Bocq Liste MR Couvin 2006.JPG"Le Boc" est mort. Il s'est éteint au cours de cette nuit de lundi à mardi, au petit matin. Mercredi passé, il avait été victime d'un arrêt cardiaque, peut-être consécutif à une piqûre d'insecte, dit-on. Il était depuis lors dans le coma. Il ne s'est pas réveillé.

Quand, à Couvin, on parlait du "Boc", on avait immédiatement en tête cette figure unique d'un homme attaché à ses  terres couvinoises, ses bois, son quartier du Fond de l'Eau où il habitait, dans une maison ancestrale. Par contre, si on parlait d'Yves Antoine, on risquait de s'entendre répliquer "Qui ça?"... C'est pourtant sous ce nom qu'il était inscrit à l'Etat-civil depuis le 24 juin 1962. Il venait d'avoir 51 ans.

Tout comme Noël Bouzin, "El Gus"(Auguste Laboureix), Yves "Le Boc" Antoine était une personnalité couvinoise bien connue, d'une convivialité bien enracinée dans son quartier à quelques mètres de l'église des Bois, de l'autre côté de la rue. Animateur de ce quartier érigé pour le folklore en "république libre", Yves Antoine accueillait depuis deux ans la Fête aux Oeufs, sur la devanture de sa maison.

Pour sûr, tout le quartier le pleurera et personne, à Couvin, ne restera insensible à ce décès et à la disparition de cette figure typique.

 

Notre photo: "Le Boc" Yves Antoine, en 2006. Archives B.TH.

BERNARD THEIS

Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Faits divers, police, pompiers, Gens d'ici et d'ailleurs 3 commentaires

Commentaires

  • Tout une partie de Couvin qui perd son âme, presque...Que deviendra la tradition du quartier de l'Eglise des Bois, après cela?

    Je me souviens d'Yves, nous faisions du "dégagement" ensemble dans les bois vers Rocroi, quand nous étions ados. Cela consistait à couper les plantes, notamment les chèvrefeuilles, qui pouvaient nuire aux plantations sylvicoles pas trop loin de chez lui...

    Et pour cela, nous utilisions des serpes, des "sarpias", fabriqués et entretenus par ... le Boc père, qui nous faisait des gros yeux quand nous revenions des parcelles, avec des entailles dans le tranchant de nos outils.

    L'année passée encore, je rencontrais pas hasard un de mes profs d'univ" qui m'expliquait qu'il avait pour habitude de faire concevoir ou refaire ses outils de facteur d'instruments en bois à l'atelier, entre l'église et l'ancien hôtel Tagnon...

    Bien entendu, Yves avait recueilli le "spot" de son père. Comme il m'arrive encore qu'on m'appelle le 'Rigoulot" mais comme nos âges avancent, de plus en plus rarement...

  • Pour L'avoir connu quand on travaillais ensemble chez efel c'était une personne gentille et rendant service.
    repose en paix le BOC

  • sincéres scondoléances à la famille, courage à sa maman Hélène

Les commentaires sont fermés.