Contournement de Couvin: plus d'obstacles? Et ensuite?

Bandeau Débablaton.jpg

Ceci est un billet d'humeur basé sur les récentes nouvelles. Il n'a d'autre objectif que de susciter le débat, c'est l'esprit du Débablaton, l'espace de parole libre du blog "Le Couvinois".

Plusieurs faits ont enrichi la "saga" du contournement de Couvin au cours des derniers jours... Après les travaux de franchissement de l'Eau Noire au pied du Nieumont et après les mises à blancs spectaculaires, les premiers tirs de mines ont retenti... La seconde phase des travaux a débuté, comme le signale un panneau bien visible sur la Nationale 5 à la sortie de Frasnes en venant de la direction de Philippeville.
Et puis, excellente nouvelle pour les partisans du contournement, peu  importe que ce soit le contribuable qui paye, mais un accord a été trouvé avec les derniers citoyens qui avaient déposé un recours en annulation au Conseil d'Etat: leur propriété sera expropriée dans son intégralité. Un "pont d'or" qui, dit-on, franchit la dernière difficulté pouvant nuire au projet.

La dernière difficulté, vraiment? Le "ouf" de soulagement dont les journaux et autres média se sont fait l'écho, sera-t-il le dernier poussé, tel un soupir salvateur? Sûr, on voit mal comment un tel investissement déjà entamé, puisse s'arrêter ainsi... Toutefois, trois réflexions.

Financièrement, le contournement, dans son ensemble, va coûter cher, très cher... Etrange tout de même, d'entendre parler de sommes rondelettes affublées de si nombreux zéros, alors que partout ailleurs, on crie à tout vent que la Région wallonne n'a pas le sou pour entretenir un réseau routier déjà bien fourni. Conditionnel de mise, le contournement de Couvin pourrait s'arrêter à la route de Petigny. Nos chers voisins concitoyens de Viroinval, nantis de leur superbe puissance politique, seront en partie heureux, eux qui ont toujours voulu un contournement de Couvin qui n'occuperait aucune parcelle de leur territoire mais dont ils seraient les premiers à recueillir les bénéfices sans avoir du en respirer la poussière. Le manque d'argent pourrait confronter les Couvinois à cette dure réalité, assortie de l'abandon de la ligne ferroviaire Couvin-Mariembourg car il y a peu de chances qu'on jugera nécessaire l'investissement pour la trémie sous la Nationale pour remplacer un passage à niveau devenu indésirable.

Géologiquement, les techniciens ne savent pas, actuellement, ce qu'ils vont trouver dans le sous-sol du Nieumont. Un éminent professeur d'université avait réalisé sa thèse sur le sujet. Il y aurait là un réseau karstique de grand intérêt mais aussi de grande complexité.

Economiquement, le contournement de Couvin avance vers l'incertitude... Les beaux penseurs à la solde des marchands de tarmac ont endormi les éventuels acteurs, à force de répéter comme une évidence que le contournement va amener de l'emploi, assurer la prospérité économique, désenclaver la région. Le contournement de Couvin aura un effet certain et on l'oublie: celui d'inviter les nombreux usagers à éviter Couvin.
Nous l'avons déjà écrit: la prospérité économique, ce sont les humains qui l'assurent, avec avant tout de l'audace, de l'inventivité, de la créativité. La route est un outil dont les humains se servent et pas l'inverse.
Force est de constater que ce chantier-là n'est pas encore ouvert. Il n'est même pas encore pensé, on le saurait. Or, c'est maintenant, pas dans deux ans, pas quand le contournement sera entièrement réalisé s'il l'est un jour, que Couvin doit quitter son sommeil tranquille et entreprendre, inventer, innover. Qu'attend-on, par exemple, pour créer un groupe de réflexion sur l'avenir d'un Couvin contourné, mettre sur pied une Agence de Développement Local? C'est maintenant que l'imagination citoyenne doit prendre le pouvoir dont d'autres abusent...

BERNARD THEIS

N'hésitez pas à commenter cette note, émettre vos réflexions, apporter d'autres idées. Débattons, Débablaton! Utilisez le formulaire de commentaire et en route pour le débat !

Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Le Débablaton(c) 6 commentaires

Commentaires

  • Bernard,
    Si comparaison n'est pas raison mais en mettant néanmoins en parallèle les villes de Philippeville et Couvin.....le chef-lieu n'est jamais apparu aussi bien économiquement parlant que depuis la mise en place du contournement et du déplacement de la N5.
    Et il y aussi d'autres retours bénéfiques pour la ville......ne serrait-ce que son expansion démographique.
    Quant à prétendre si le tracé prévu - et décidé grâce à l'appui de la grande puissance politique voisine selon ton texte- est le bon, je n'en sais trop rien.
    Toutefois, au vu des courbes de niveau sur les cartes de la région et la mise en place d'un profil en long pas trop accidenté, je pense que l'investissement global des travaux de l'autre proposition de contournement serait plus important....juste une rapide réflexion sur ce dernier point

  • Tout en étant entièrement d'accord sur le fait qu'il soit nécessaire de débarrasser Couvin du charroi de transit, y a un truc qui me tracasse grandement dans ce projet. Il ne s'intègre dans aucun plan international, national ni même régional de mobilité. L'axe Rotterdam-Marseille n'est qu'un "attrape-nigaud" de nos politiciens locaux (au niveau du réseau transeuropéen de transports, la E420 n'est considérée que comme une route de liaison entre Reims et Charleroi et une alternative aux axes Bruxelles-Paris/Luxembourg-Beaune). Rien n'a apparemment été pensé pour les futurs riverains proches d'une autoroute (de Fraire à Gerpinnes). Quid des bouchons qui existent déjà autour de Bruxelles et à Charleroi? Quid du trafic de et vers Chimay?

    Je suis également d'accord avec l'affirmation qui dit qu'une "nouvelle route" ne va pas forcément de pair
    avec développement économique, la N5 existant déjà à un format quasi autoroutier!

    Je pense, mais je peux me tromper, personne n'étant infaillible, que ce projet à paradoxalement été décidé trop vite pour les montants qui sont en jeu (et dont le financement européen est toujours à l'étude) et la précipitation est mauvaise conseillère!

  • Je suis d'accord avec la nécessité de créer une agence de développement local nécessaire pour notre région avec ou sans contournement .
    L'article de Bernard m'amène quelques réflexions :
    Depuis que l'on parle de l'éventuelle suppression du tronçon ferré Mariembourg -Couvin suite au contournement , il me semble que la population empruntant le train et en descendant en gare de Couvin , aux heures de pointe à encore augmenté ...
    Il ne faut pas se leurrer ,l'avenir industriel du Couvinois est derrière nous sauf des entreprises de taille "humaine" .
    L'accent doit dès lors ,il me semble,être mis sur l'accueil , le tourisme , la culture . Mais pour que cela "marche" , il faut aussi que nous comprenions que cela ne se passe plus dans "l'attente du client" : L'emploi des langues chez les commerçants et dans les emplois communaux doit être développé . (Je ne crois pas me tromper en disant que 60 % des touristes en wallonie ne parlent pas le français) . Une utilisation accrue de l'informatique et de l'internet doit ,il me semble , être engrangée . (L'étranger qui veut venir chez nous doit pouvoir faire toutes ses réservations de chez lui .Peu de restaurants ,hôtels ou chambres d'hôtes le proposent actuellement . Certains n'ont pas de site ...)
    Enfin au niveau de l'accueil , je pense que les façades commerçantes ne sont pas toutes du plus bel effet ...

  • Belle et pertinente réflexion de Michel Dessenius. Il me paraît effectivement évident que l'avenir économique de la région couvinoise réside davantage dans les deux secteurs suivants: les PME, basées sur des produits locaux, des valorisations locales, en y apportant une haute valeur ajoutée. Et le tourisme. Dans ce cadre, il serait judicieux de développer les possibilités d'accueil. Il n'y a pas suffisamment d'"hôtels". Aucun endroit ne saurait héberger, ne serait-ce qu'une nuit, un autocar rempli (base: 50 personnes). Comme Rocroi l'a fait, Couvin pourrait s'ériger en "ville-étape". On n'a pas suffisamment conscience que le contournement va "inviter" des tas d'usagers à éviter Couvin. Et, paradoxalement, tout l'enjeu sera de les inviter à NE PAS contourner Couvin. Voilà pourquoi il faut s'atteler à la tâche dès maintenant, en dépassant les clivages, doutes et frondes qui caractérisent, de manière stérile, cet "esprit couvinois". Dans un contexte solidaire, faire preuve d'imagination.

  • S'il n'y avait que les façades des commerces qui n'étaient pas du plus bel effet...
    Je vous invite à interroger les touristes de passage sur ce qui les a attiré. En général, la nature, le côté rural et préservé.
    2 choses que nous sommes en fait en train de détruire petit à petit. Si nous voulons conserver notre identité et ne pas ressembler à n'importe quel village de Flandres, le relief excepté, il serait temps de revoir notre politique urbanistique datant des années 70. Est-il normal de pouvoir bâtir des villas 4 façades jusqu'à ce que les villages se rejoignent (c'est également un non-sens économique en terme d'équipement et de transport et accessoirement écologique)? Est-il normal que dans une même rue l'on trouve des nouvelles constructions avec toutes les teintes de briques en passant du jaune au brun foncé alors que les teintes autorisées sont rouges-brun, la pierre ou le crépis blanc-beige? Est-il normal qu'en zone rurale des maisons s'entourent de haies de plus de 2m d'essences non régionales (ce qui facilite les vols soit dit en passant et qui est illégal)? Est-il normal également que l'on bâtisse des murets de briques en façade comme dans les quartiers résidentiels brabançons (ce qui n'est pas autorisé)?
    Il serait temps, si on veut conserver l'âme de notre région, ce qui fait que nous ne sommes pas Arlon, Waremme ou Enghien, celle qui attire le touriste, que l'on mette un peu d'ordre là dedans. Prenez exemple à Viroinval, intégrez le parc naturel, fusionnez le au parc national ardennais...

    Et Antoine a raison, l'autoroute risque de nous jouer un mauvais tour. Si j'étais touriste, je préférerais m'arrêter dans un coin verdoyant à quelques distances d'une autoroute et pas juste à côté (l'autoroute traversant l'entité de part en part, aucun village ne sera véritablement éloigné).

    Mais c'est un fait, il faudra se retrousser les manches pour développer l'économie locale...

  • Petit problème:

    Mr Vandenbrug, bobonne et leurs deux enfants descendent de Breda dans leur "camper", avec leurs beaux cirés jaunes et leurs vélos assortis... Quelles sont les probabilitiés respectives qu'ils s'arretent:

    1. Dans une ancienne ville industrielle dont le patrimoine forestier est défiguré par l'autoroute

    2. dans le beau petit parc naturel de viroinval a 10km de là, indiqué cetainement par de grands panneaux indicateurs sur la même autoroute?

    Question subsidiaire: Trouvez lequel des deux endroits a les meilleurs appuis politiques au niveau wallon.

Les commentaires sont fermés.