Couvin: propos pas très encourageants pour Thermic Distribution Europe

Thermic Distribution Europe, entreprise basée à Frasnes-lez-Couvin, héritière des "Fonderies du Lion", traverse des moments difficiles. Des menaces plânant sur le maintien de l'entreprise et de ses quelque 170 emplois ont amené la décision du Gouvernement wallon, en septembre, de prêter 6 millions €. Thermic Distribution Europe a été placée en réorganisation judiciaire. L'entreprise était repartie sur des bases encourageantes quand la rupture d'une pièce de fonderie a contraint de nouveau à l'arrêt de l'activité. Cela peut durer quelques semaines. La situation générale de TDE inquiète la gent politique et les perspectives ne semblent guère encourageantes.

Stéphane Hazée, député wallon Ecolo, a questionné ce mardi 21 janvier le ministre PS Jean-Claude Marcourt (qui a l'économie et les PME dans ses attributions) à propos de la situation de Thermic Distribution Europe, société basée à Frasnes-lez-Couvin. Le député a rappelé les difficultés récentes de l'entreprise, la décision gouvernementale d'octroyer un prêt, et les récents incidents qui ont ralenti la progression de l'entreprise.

Le ministre a rappelé en confirmant ces différents faits et inquiétudes. Trois constats ont été faits.
D'abord, une baisse nettement plus importante que prévue du chiffres d'affaires consécutive à des annulations de commande et le départ volontaire d'une partie de l'équipe commerciale.
Ensuite, des problèmes techniques pas compensés par le retour à des cadences de production acceptables.
Enfin, l'attitude de certains partenaires financiers qui ont durci leurs exigences.

En outre, un sérieux accident, sans dégâts corporels, est survenu le 3 janvier, avec arrêt forcé de la fonderie et dès lors de l'ensemble de la fabrication de poêles pour quatre à six semaines. "Les coûts estimés pour les réparations seraient de minimum 250.000 €", indique le ministre Marcourt. Il poursuit: "Toutes les pistes relatives à l'avenir de la fonderie sont actuellement à l'étude, dont différentes pistes de sous-traitance auprès de fonderies tierces, voire un projet de fonderie unique sur le site de Saint-Roch à Couvin, mais toutes ces pistes requièrent un temps d'étude et/ou de mise en œuvre de l'ordre de 12 mois."
Et le ministre de préciser que divers business plans sont en cours d'analyse et d'élaboration et que des contacts sont en cours avec des partenaires, voire repreneurs potentiels, mais dans un contexte d'accumulation des aléas. "Les prochaines semaines seront cruciales pour l'avenir de l'entreprise", termine le ministre.

Avenir incertain et perspectives peu encourageantes. Pas de quoi rassurer... Comme si la région couvinoise avait besoin de cela!

Nos lecteurs peuvent prendre connaissance de l'ensemble de l'intervention parlementaire et de la réponse du ministre en cliquant ici.

BERNARD THEIS

 

 

Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale 1 commentaire

Commentaires

  • Bernard,

    Il semble d'une part -et avant le problème de la fonderie- que les ouvriers ont travaillé gracieusement durant une semaine et qu'ils n'ont reçu d'autre part qu'une infime partie de leur prime de fin d'année

Les commentaires sont fermés.