Couvin: quel avenir pour la ligne de chemin de fer Mariembourg-Couvin?

Attention, ceci est un billet d'humeur basé sur l'actualité!

Le dimanche matin, je vais chercher des croissants dans une boulangerie de Couvin. Ils sont tellement frais qu'ils sont tout chauds... Et de cette boulangerie, je fais provision de lecture dominicale gratuite et m'attarde notamment sur Le mag'info des Ardennes (françaises), bi-hebdomadaire gratuit.

Le dernier numéro, 97, valable du samedi 8 au vendredi 21 mars, est particulièrement attrayant. Sa couverture exhibe le chantier arrêté de la A 304, qui n'est autre que le "prolongement" des contournements autoroutiers de Couvin et de Rocroi. Le chantier de ce tronçon autoroutier français est donc arrêté suite à une action intentée par France Nature Environnement (FNE), association se plaignant qu'aucune compensation n'ait été prévue pour l'ensevelissement de zones humides écologiquement intéressantes. Les commentaires et citations ne sont guère élogieux envers ces doux rêveurs d'écologistes qui viennent perturber ce chantier salvateur, présenté comme porteur d'emplois (ce qui reste à prouver) et débouchant sur la réalisation de l'indispensable chaînon manquant dans la liaison Marseille-Rotterdam via Dijon, Reims, Charleville, Rocroi, Couvin... Et Mariembourg-Nord, où nous avons déjà dit que s'arrêtait ce rêve transeuropéen. Au-delà de Mariembourg, on se trouve sur une route à quatre bandes qui n'a d'autoroute que le nom, avec ses carrefours, ses croisements, ses traversées d'agglomérations, ses feux rouges et ses embouteillages.

Mais laissons-là les amis français se dépêtrer dans les labyrinthes de leurs administrations et procédures. La page suivante du mag'info concerne le contournement de Couvin. Un chantier en cours, qui a solutionné à grands frais ses problèmes de recours et balayé adroitement les judicieuses préoccupations archéologiques ou environnementalistes. "Objectifs: Europe et développement économique", annonce mag'info dans le chapeau de son article. Aucune allusion, à ce stade, à la seule réalité qui justifie le chantier couvinois: la sécurité des habitants à l'intérieur de la ville. Tout le reste, Europe, développement économique, c'est, à ce stade, de la foutaise. Ou tout au moins, du rêve à concrétiser, mais on n'est nulle part. Ce chantier là n'est pas encore envisagé.

La fin de l'article est plus qu'interpellante: "...Et demain, c'est le chemin de fer en travers qui posera des questions. "Si on se contente de faire arriver le train à Mariembourg, alors tout va bien. Si on veut vraiment qu'il arrive à Couvin, c'est 40 millions de plus". Resteront, ensuite, les 44 km de Nationale 5 reliant Couvin à Charleroi." Soit dit en passant, ce dernier bout de phrase contredit les prédictions françaises et nous donne raison... Mais ce qui est dramatique, c'est la citation de la personne interviewée (qui n'est pas spécifiquement nommée dans l'article et qu'on n'ose imaginer). Donc, traduction: il faut supprimer la ligne ferroviaire Mariembourg-Couvin, comme cela on fera des économies de 40 millions d'euros. Et tout ira bien.

Des économies? Un langage injurieux pour les finances publiques, face au coût de 180 millions € pour l'ensemble du contournement. Et puis, tant pis pour le service public et l'utilité confirmée de ce bout de ligne ferroviaire pour les étudiants et les travailleurs. Car vous savez, M'sieurs-Dames, du travail, à Couvin, il n'y en a plus, et de moins en moins. Les commerces se vident, se ferment et ne se reprennent pas, et des services intéressants, liés au quelques rares emplois encore à dénicher difficilement, déménaqent vers d'autres cieux plus cléments, comme la Miresem, par exemple.

Mais peu importe, Couvin aura bientôt son contournement, belle autoroute flambant neuve qui invitera des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Même le chemin de fer ne s'y arrêtera plus. Tout ira bien.

BERNARD THEIS

Envie de réagir à cette note?
Débattons, Débablaton.
Utiliser le bulletin de commentaire lié à cette publication.

Bandeau Débablaton.jpg

Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c), Politique locale et régionale 4 commentaires

Commentaires

  • Je suppose que c'est dû à la morosité du dimanche matin, Bernard, mais je trouve tes propos lamentablement réducteurs et pessimistes, pas tout-à-fait bien informés. Et j'ai mal de te voir couper Couvin autant de son histoire que de son cadre géographique.
    Et si on se souvenait qu'être à la croisée de deux axes primodiaux (nord-sud autant qu'est-ouest) a été par le passé un atout important pour nous. Cela dans une Wallonie qui, elle-même, a su s'appuyer de sa position au coeur de l'Europe pour se forger un développement hors pair.
    Maintenant que l'E420 est en bonne voie, ne serait pas utile de dénoncer la mise à l'ombre de ce beau projet qu'était la route Charlemagne. 2014 est l'année Charlemagne. Cela devrait être une occasion d'un nouveau dynam=aisme pour les Couvinois. Leur véritable chance est d'être à la fois sur l'axe Marseille-Pays-Bas, mais aussi et d'abord Paris-Rhur.
    Un peu de rêve et de projets, s.v.pl. Tel est du moins mon souhait.

  • Ce billet d'humeur, annoncé comme tel et donc pas présenté comme un article d'informations n'a rien à voir avec une morosité dominicale. Ni empêcher des rêves et des projets. J'en ai aussi.
    Mais ne faut-il pas aussi dénoncer ce qui n'est que paroles alors qu'on attend des actes? Epingler le risque que le contournement de Couvin ne soit qu'un gigantesque et coûteux fiasco, c'est tenter d'amorcer un réveil. Je persiste à le penser: le contournement peut être un outil, une occasion, bénéfiques, si les acteurs d'aujourd'hui se mobilisent maintenant pour un redéveloppement de leur région. Cela ne viendra pas tout seul et le contournement ne peut être une fin en soi.

  • J'entends encore un de nos élus, voulant limiter la 132 à Frasnes...
    Il y a peu, et de source «sure», il certifiait que le maintien de la ligne 132 actuelle serait d'actualité. Absurdités ou girouette ?

    Pour bien faire, il faudrait que le maintien soit soutenu de toute part, ce qui n'a pas l'air d'être le cas, au niveau communal.

    Le développement de notre région est actuellement au plus bas, enlever le tronçon Mariembourg-Couvin, ne ferait que stagner cette situation.

  • Pour information, ci-après la réponse d'Infrabel concernant le passage à niveau de Frasnes reçue fin janvier 2014:

    "En ce qui concerne les travaux que vous mentionnez au passage à niveau à Frasnes-lez-Couvin (L134), nous ne sommes pas en mesure de vous répondre car il s'agit de travaux menés par le SPW Wallonie. A ce stade du projet, nous n’avons pas d’information sur la nécessité d’interrompre partiellement ou totalement la circulation ferroviaire"

    En gros, il semble que l'ex-MET n'est pas mis au courant Infrabel de ce qui se trame.

    Et effectivement, actuellement, je ne vois pas comment la construction d'une autoroute va nous apporter localement bonheur et prospérité ! Tout au plus, il sera plus aisé (et encore, vu que l'on a déjà une 4 bandes à partir de Frasnes) d'aller travailler vers Charleroi pour les habitants de l'est (Petigny et Viroinval). Le zoning de Mariembourg est déjà sur la N5. Les opportunités d'emploi en France sont excessivement faibles. Au contraire, la suppression de la L134 rendrait plus difficile/cher le déplacement des navetteurs (il faut garder à l'esprit que beaucoup d'entreprises interviennent dans les frais de déplacement domicile-travail si cela se fait en transport en commun et pas en voiture), le report d'une partie de ceux-ci sur Mariembourg (peut-être alors faudra-t'il songer à un contournement de Mariembourg qui aboutisse à la gare) dont le parking est moins grand.

    En espérant que nous avons à faire à des hommes d'état et pas des hommes politiques (cfr James F. Clarke).

Les commentaires sont fermés.