Couvin: le contournement, un carnage nécessaire ?

(nb. Ceci est un billet d'humeur  et de réflexion inspiré des réseaux sociaux)

C'est assez régulier: sur les réseaux sociaux, et sur un en particulier, des réflexions naissent assez librement. Ici, certains s'étonnent et s'émeuvent du "carnage" provoqués par les travaux en cours du contournement de Couvin, photos à l'appui. Il est vrai que c'est assez spectaculaire et le spectacle est encore plus marquant (désolant?) au regard des photos aériennes.

Le débat s'installe donc sur les réseaux sociaux, meublé par des conceptions diverses, certaines apparaissant comme des clichés faciles... Un mal nécessaire pour un mieux après... On ne pouvait pas prévoir un tel carnage... Si on te l'avais dit, tu aurais accepté?...Si tu habitais le centre de Couvin, tu ne dirais pas ça... Etc. Entre regrets fondés et espoirs infondés, où est la sagesse?

"Le Couvinois", le blog qui vous dit quoi, donne son avis.

On confond trop souvent la nécessité -que je considère incontestable au seul regard de la sécurité-d'un contournement de Couvin et les travaux en cours, tels qu'ils nous ont été imposés. Et donc, tels qu'ils ont été imposés aux Couvinois... J'observe que, depuis que les travaux se sont présentés destructeurs aux yeux de nombre de Couvinois, ceux-ci se disent "Ah, si on avait su..." Trop tard, les bulldozers n'iront pas en marche arrière!
L'aventure malheureuse de ce contournement a commencé en 1973. Cette année-là existait un projet déjà étudié de contournement par l'Ouest de Couvin. Les villages de l'Ouest de Couvin (notamment de la vallée du Viroin) ont souhaité que l'on n'oublie pas l'ouest... Et à l'ouest, justement, ils étaient plus fort et ils ont trouvé à Couvin des alliés particulièrement zélés, de bons petits porte-parole, porte-maroquins et autres petits soldats attachés à leur succès électoraux.
J'ose espérer que ce contournement apportera les effets escomptés quant à la sécurité des citoyens et particulièrement des "usagers faibles" (piétons en premier). Mais le contournement n'empêchera pas les voitures, et encore des camions, de passer par Couvin. Il faudra d'autres aménagements...
On nous prédit un avenir socio-économique beaucoup plus serein grâce à ce contournement. Cela reste à voir. Il faut pour cela qu'émerge un dynamisme novateur et, hélas, le nombre de commerces déjà disparus ou en voie de l'être ne va pas dans ce sens. Et, paradoxe, le contournement de Couvin va aussi permettre à de nombreux routiers (tous gabarits et véhicules confondus) d'éviter Couvin... Dites-moi, sur ces bases, comment Couvin peut s'en sortir ?

BERNARD THEIS

N'hésitez pas à commenter cette note! Alimentez le débat! Proposez des réponses aux questions! 

Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c) 8 commentaires

Commentaires

  • À Philippeville, lors du contournement, les mêmes propos ont été tenus et le centre ville se mourrait aussi. Que se passe-t-il actuellement à Philippeville. Suffit d'aller voir...

  • Maurice, merci de ton commentaire. je ne peux nier son contenu, à une nuance près: un cas n'en est pas un autre, une ville n'en est pas une autre. Pour y avoir séjourné pendant plusieurs années pendant mon temps de travail, je peux avancer qu'il y a à Philippeville une autre dynamique qu'à Couvin.

  • Bien vu Bernard,
    Il est vrai que l'éternel charroi dans cette bonne ville de Couvin lassait pas mal de gens et, pour ma part, rendait la circulation dangereuse. Les travaux qui se déroulent sont pharaoniques et blessent le paysage, le projet d'une route uniquement destinée aux Poids-lourds aurait été bien moins néfaste au paysage

  • Tout à fait d'accord avec ces propos nuancés! Malheureusement à Couvin, quand on défendait l'idée d'un "autre contournement" (moins destructeur et surtout moins coûteux), on était directement taxé "d'anti-contournement". Je crois, qu'il faut se rendre compte que les gens qui ont décidé du contournement actuel ne l'ont absolument pas fait avec en tête le bien être couvinois mais bien avec d'autres considérations plus larges.

  • Le contournement de Couvin n'est en rien comparable à celui de Philippeville. Ce que l'on a nommé pudiquement, si ce n'est avec une mauvaise foi évidente, "le contournement de Couvin" est une autoroute, avec toutes les nuisances que cela engendre. Je renvoie aux précédents articles de ce blogs pour ceux qui ignoreraient encore la dimension européenne et pharaonique du projet. Contourner Couvin oui, par l'est ou l'ouest je m'en fous, c'était possible de le faire avec une deux bandes obligatoire pour les poids lourds et limitée à 90, un contournement standard de ville d'importance moyenne comme j'en ai vu des centaines sur les routes de France.
    Quand aux retombées économiques parlons en... En vacance, vous vous arrêtez dans l'ancienne ville industrielle au tourisme sous développé et surplombée par l'autoroute où vous faites 10 bornes à gauche ou a droite soit vers le petit parc naturel soit vers la cité historique et gastronomique largement publicités par les panneaux géants en bordure d'autoroute?

  • Un désastre donc les couvinois vont seulement commencer à prendre la mesure... Quand aux conséquences prévisibles pour la région et la commune, rien ne permet de conclure aujourd'hui qu'elle seront globalement positives.
    Malheureusement, pendant des années le débat a été impossible à ce sujet et aucune alternative à cette autoroute digne des années 70 n'a pu été étudiée malgré l'intérêt manifeste de plusieurs propositions.

  • Pour info, il vous est toujours loisible de contester le financement européen par la BEI :

    http://www.eib.org/about/accountability/complaints/how-to-complain/index.htm

    Je me demande ce qu'il serait advenu des finances communales si les expropriations n'avaient pu se faire avant la clôture de l'exercice 2012?

    Pourquoi le mayeur, en tant que responsable de la sécurité sur son territoire, n'a jamais prolongé l'interdiction de circulation de poids-lourds sur la N5 (et libre à ceux des communes environnantes de faire de même)? Cela aurait résolu le problème de manière moins coûteuse.

    Est-ce que les chasseurs qui ont soutenu le projet ont réfléchi à l'impact de la fragmentation forestière sur leur réserve cynégétique (surtout du côté ouest)?

    Est-ce que les couvinois ont pensé un instant que la ville se situait dans une vallée et qu'une autoroute allait les surplomber?

    En 78, on s'est battu contre les barrages, et maintenant on laisse se construire une autoroute qui ne nous sera que très peu profitable...

  • Le "tout à la voiture" en 2014 c'est une vision passéiste du développement territorial. Le paysage a une valeur inestimable trop systématiquement négligée dans les stratégies de développement rural et d'aménagement du territoire.
    Il faut une réflexion de fond, ambitieuse et à long terme pour anticiper la suite et cette réflexion ne peut être menée à l'échelle de la seule commune de Couvin.
    Les pro et anti se tirent dans les pattes depuis tant d'années, il est peut-être temps de retravailler ensemble, à une autre échelle? transcommunale? provinciale, interrégionale?

Les commentaires sont fermés.