• Viroinval: Bruno Buchet est décédé

    BUCHET Bruno Viroinval 8 oct 2006.JPGLa commune de Viroinval est en deuil. Son bourgmestre Bruno Buchet est décédé ce vendredi 17 octobre, des suites d'un accident survenu le 22 décembre 2013. Il laisse dans une profonde tristesse non seulement ses concitoyens, mais aussi et surtout sa famille: sa compagne Delphine, ses deux filles Laurine et Ysaline et son frère Didier.

    La commune de Viroinval se souviendra de cette soirée du dimanche 22 décembre 2013. Peu après 20h30, le bruit courait que Bruno Buchet, 47 ans, bourgmestre de la commune, venait d'avoir un grave accident entre Nismes et Olloy-sur-Viroin sur la RN 99. Un accident qui l'avait plongé dans un coma profond. Malgré tous les soins qui lui furent prodigués, les interventions chirurgicales successives, le soutien admirable de sa famille et de ses nombreux amis, Bruno Buchet ne s'est pas réveillé. Son combat pour un retour à la vie s'est achevé ce vendredi 17 octobre.

    Convaincu de ses idées socialistes, humble et ouvert aux autres, proche des habitants de son entité, Bruno Buchet s'était impliqué dans la vie politique, gravissant successivement les marches du pouvoir communal jusqu'à leur sommet. Il fut un échevin des finances attentif et rigoureux dans un contexte financier très difficile. Il devint ensuite bourgmestre, supplantant de quelques voix le premier de la liste Pour, le député fédéral Jean-Marc Delizée. A l'issue des élections d'octobre 2012, il repartait pour un nouveau mandat mayoral.

    Municipaliste convaincu, soucieux d'apprendre ce que ses compétences initiales ne lui permettaient pas d'approcher avec précision, Bruno Buchet sut se montrer un premier magistrat communal digne et compétent, contribuant à faire de sa commune un modèle de gestion d'une entité rurale. Il était aussi déterminé à défendre avec opiniâtreté des causes qu'il jugeait justes, tel que la lutte des Palestiniens pour la création d'un Etat démocratique. On se souviendra notamment de ses coups de gueule à l'adresse des banques soupçonnées de financer la colonisation des territoires palestiniens par les Israéliens.

    Des visites sont organisées ce samedi 18 et ce dimanche 19 octobre au domicile du défunt, rue Jean Chot à Olloy-sur-Viroin. Un hommage est prévu ce lundi 20 de 14 à 18 heures au château communal, à Nismes. Les funérailles se dérouleront mardi 21 octobre à Olloy-sur-Viroin. Levée du corps à 14h, absoutes à l'église à 14h30.

    BERNARD THEIS
    (photo archives B.TH.)

     

    Lien permanent Catégories : Gens d'ici et d'ailleurs, Viroinval 1 commentaire
  • Couvin: des locaux communaux pour préserver les archives du Dr. André

    Georges André (1922-2010) est parmi les hommes qui auront le plus marquéCul-des-Sarts 50 ans de Au Pays des Rièzes et des Sarts 26 sept 2009 042.JPG
    la région de Couvin et tout particulièrement ce "Pays des Rièzes et des
    Sarts" auquel il tenait tant.
    Evoquer qui était Georges André revient à aligner à n'en plus finir les qualificatifs et superlatifs. En voici quelques-uns.

    Georges André fut médecin. Dans cette région rurale, par nature reculée, ce n'était pas une mince affaire de soigner. Outre une subtile dose de psychologie, il faut pallier les lacunes en matières d'infrastructures hospitalières et sanitaires. Georges André sut faire face à ces manques, se montrant particulièrement audacieux et créatif, aménageant chez lui, à Cul-des-Sarts, laboratoire d'analyse, petit hôpital de campagne, radiographie, autant d'installations qui ont profité à toute la région frontalière en attendant la trop lente évolution des dispositifs de soins de santé.

    Patriote convaincu, parachuté dans les Ardennes au cours de la seconde guerre mondiale, Georges André fut un grand résistant, qui a été honoré d'une multitude de décorations. Homme politique, il fut bourgmestre de Cul-des-Sarts, et de l'entité couvinoise fusionnée. Il fut un élu socialement sensible et ouvert, apportant sa caution ou son soutien à des causes et projets qui laissaient d'autres incrédules ou, pire encore, indifférents.

    Amoureux de sa région, homme de culture pétri d'humanisme, animé par la curiosité, amateur d'histoire locale, Georges André avait été à la base du Musée de la Vie Rurale de Cul-des-Sarts. Il avait aussi avait fondé la revue trimestrielle "Au Pays des Rièzes et des Sarts" dont il fut particulièrement fier de présider le 50e anniversaire, en septembre 2009, quelques mois avant sa mort. Une fierté légitime: ce fut un fameux défi de rechercher et de faire connaître cette histoire ignorée des livres officiels. Quand ceux-ci s'attachaient à relater les faits marquants des grands hommes, la revue trimestrielle s'intéressait aux "petits" faits qui marquent la vie des "petites" gens. Des gens humbles... Et c'est encore vrai aujourd'hui, puisque "Au Pays des Rièzes et des Sarts" continue à se développer grâce à une équipe qui se renouvelle progressivement.

    Quelle vie remplie, attentive aux autres! Quel regard humain posé sur le monde et sa région! Quel homme, Georges André!

    Au cours de cette vie riche, Georges André a accumulé les documents: plans chargés d'histoire, livres de souvenirs, tracts, journaux... Ils ont trait à la vie politique régionale, à la pratique médicale, à la guerre, l'économie, la culture... Georges André a toujours souhaité que cette abondante et parfois rarissime documentation profite aux habitants de la région.
    Une première étape vient d'être franchie dans cette voie. Les archives détenues dans la maison de Georges André viennent d'être entreposées dans deux pièces du site Champagnat à Couvin. Elles sont en voie de tri et de classement, tâche dévolues à MM. Arthur Boulvain  et Raoul Pestiaux, tous deux membres de la revue d'histoire locale. Ce samedi 11 octobre 2014, une petite réception a officialisé cette entreprise de préservation et de mise à disposition des précieux documents. Le président du Cercle des Rièzes et des Sarts, Jacky Mathy, n'a pas manqué de souligné l'envergure de la tâche et de remercier tous celles et ceux qui y avaient prêté leurs concours et tout particulièrement les deux filles du Docteur, Barbara et Carole, ainsi que Mme Micheline, qui fut son assistante dévouée.

    Il reste encore des archives à ramener du Musée de la Vie Rurale, qui accueille actuellement une exposition de grande qualité. Celle-ci apporte un "plus" aux nombreux objets, mobiliers, documents qui forment la richesse permanente de cet intéressant musée. 

    Pour un renseignement historique, ou pour éventuelle consultation des archives, on peut s'adresser au secrétaire, M. Raoul Pestiaux,  060/34 53 92.

    BERNARD THEIS

    Archives G André 20141011 montage.JPG

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Histoire et patrimoine, Vie associative, culture, arts 0 commentaire
  • Les Troubadours de l'Eau Noire, ambassadeurs de Couvin depuis 50 ans!

     

    Il y a 50 ans, le Frère André Rousseaux portait les Troubadours de l'Eau Noire sur les fonts baptismaux. Sans relâche depuis lors, la manécanterie a accueilli en son sein de nombreux chanteurs animés par l'esprit de groupe, la foi ou simplement le désir de chanter. Les Troubadours de l'Eau Noire ont sillonné le monde, nourrissant leurs chants de nombreuses rencontres, et vice-versa. Tout en gardant dans leur programme des chants d'origine religieuse, les Troubadours de l'Eau Noire ont aussi intégré des chants venus d'ailleurs ainsi que des compositions propres parfois inspirées de leur région d'origine. Aujourd'hui, ce demi-siècle se fête en grande pompe. Le week-end s'annonce faste.

    Troubadours de l'Eau Noire1.JPGLes Troubadours de l'Eau Noire existent depuis 50 ans et, à l'image de leur fondateur et directeur André Rousseaux, ils affichent toujours un solide dynamisme. Ce week-end, ils sont à la fête.

    Ce vendredi 17 octobre, les invités sont de marque. La Musique Royale des Guides sera dirigée par le Capitaine chef de Musique Yves Segers. Le concert, auquel les Troubadours de l'Eau Noire participeront, se déroulera à 19 heures au Couvidôme. Prix des places: 15€ en prévente, 20 € en vente.

    Ce samedi 18 octobre, les Troubadours de l'Eau Noire honoreront la longue -elle aussi quinquagénaire- amitié qui unit Couvin à la ville bourguignonne de Montbard. Le Chœur Offenbach de la cité natale de Buffon, dirigé par Etienne Tingely, s'associera aux Troubadours pour célébrer 50 ans de chansons. Le concert se déroulera à 20 heures en l'église de Couvin. Prévente 8€, vente 10 €.

    C'est dimanche 19 octobre, à 11h30, que l'église décanale Saint-Germain de Couvin sera le cadre de la cérémonie officielle d'anniversaire, en présence des autorités communales et de Michel Lebrun, président d'honneur du jubilé des Troubadours et président des Régions d'Europe. L'ensemble musical couvinois Music Loisirs participera à cette séance académique, bientôt suivie du banquet du jubilé d'or, à 13h30.

    Réservations: 0471 78 45 05 ou par mail: bernard.bastin@mil.be ou andre.rousseaux@skynet.be.

    B. TH.
    Photo: Les Troubadours en action, il y a quelques années (archives B. TH.)

    Lien permanent Catégories : A l'agenda, Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Vie associative, culture, arts 0 commentaire