Couvin: l'après-contournement est en route

Le contournement autoroutier de Couvin se construit et l'on annonce déjà une ouverture d'un premier tronçon en 2017, l'ensemble de la nouvelle infrastructure étant praticable à l'horizon 2018. Ce contournement va autoriser de nombreux véhicules, tout particulièrement les poids-lourds à ne plus emprunter le centre-ville, offrant à celui-ci une tranquillité accrue. Mais le même constat va s'appliquer à tous les véhicules: le contournement va autoriser tout le monde à ne pas/ne plus emprunter le centre-ville. Et qu'adviendra-t-il alors des commerces, de l'horeca, du tourisme?
C'est alors que des solutions devront, d'ici 2017-2018, être imaginées et concrétisées pour que le contournement ne transforme pas Couvin-centre en désert. Les Couvinois seront-ils prêts ? 

Ce samedi, à l'initiative de MM. Gentilhomme et Minet et avec 20150829 002 .JPGle soutien du bourgmestre, divers panneaux ont été installés dans l'ancienne "Librairie du Faubourg". Lieu hautement symbolique pour la circonstance, puisque cet attrayant espace commercial est vide depuis plusieurs mois: il attend un occupant qui tarde à venir. Signe que Couvin n'attire plus et que la splendeur passée est bel et bien derrière le temps couvinois.
C'est ce que l'exposition rappelle, en montrant annonces et images des nombreux commerces défunts. On y découvre également de grandes photos-cartes du contournement et des aménagements s'y rapportant.

Peu de publicité a été faite pour cette exposition, l'on est d'ailleurs en droit de se demander pourquoi alors que ç'aurait pu être une bonne occasion de sensibiliser tous les citoyens. Toutefois, l'inauguration a pris la forme d'une information-débat. A la "table d'honneur", MM. Gentilhomme et Minet, le bourgmestre Raymond Douniaux et le conseiller communal Vincent Delire, également président du comité pour le contournement de Couvin. Face à eux, une vingtaine de personnes (dont quelques commerçants et actifs dans la vie touristique locale). Le débat fut surtout une information et une déclaration d'intention. Une commission consultative va se mettre en place. Cela fait, on peut s'attendre à d'autres développements.

En attendant, les citoyens sont invités à visiter l'exposition et à papoter avec les organisateurs. Les lieux (ancienne librairie du Faubourg, au rez-de-chaussée du salon de coiffure d'Aldo) seront accessibles ce dimanche de 14 à 18 heures. Ils seront également ouverts aux classes de 6è primaire jeudi matin de 10 à 12h. Après, on verra!

L'exposition sera démontée et présentée en octobre à l'administration communale.

Redynamiser le centre de Couvin: des pistes

En ces matières, aucun citoyen ne dispose de la ou des solutions. Celles-ci doivent être imaginées. Le développement économique de Couvin n'est pas gagné d'office du fait du contournement. Et celui-ci aura l'effet inverse si les Couvinois s'endorment sur leurs lauriers en attendant et en se réjouissant de la fin des travaux...

Le Couvinois, le blog qui vous dit quoi.. et qui n'en pense pas moins, lance ici trois grandes pistes de réflexion. Rien n'empêche d'en débattre, dans l'esprit "Débablaton".

Il faut augmenter l'attrait de Couvin

Le contournement aura pour effet, notamment, de permettre à de nombreux usagers... de ne pas passer par Couvin. Il faut donc leur donner de bonnes occasion de sortir de l'autoroute et d'aller voir ce qui se passe dans la bonne ville.
Augmenter l'attrait de Couvin, passe par diverses initiatives à prendre ou faire prendre et ce n'est pas uniquement la responsabilité des politiques.

Couvin dispose d'éléments de qualité présents dans le paysage: notamment une falaise surplombant un cours d'eau, et des vestiges d'une vieille ville (Ravalagne, Pilori, Fausse Porte, ruelle de l'Escalier). Cela ne suffit pas...
Pistes:
-De manière générale, soigner l'aspect et la propreté.
-Réparer ce qui doit être réparé (exemple: les "bornes touristiques" à l'intérieur de la ville)
-Résoudre le problème des "chancres" qui donnent une impression d'abandon. Exemple? Le bâtiment des Halles, rare vestige d'un commerce florissant passé. On pourrait lui redonner une nouvelle affectation: marché du terroir, centre d'information touristique. Autre exemple? La Ferme Walkens et son vaste parking mal fouttu. Soit, on n'y fera pas de centre culturel, mais est-ce une raison pour donner à l'étage de ce bâtiment et à son parking une impression d''abandon.
-Faire de Couvin la "Cité de la mosaïque", officialiser l'appellation et la promouvoir, sur base du travail de l'artiste Jean-Michel Caron. Introduire un dossier auprès de la Région Wallonne pour obtenir ce "label de qualité" et d'attrait.
-Demander la collaboration d'artistes pour égayer ce qui est triste: le pignon de la Ferme Walkens, par exemple, est un béton à faire pleurer un mur. Pourquoi pas une oeuvre d'art sur ce béton morne?
-Valoriser les spécialités locales. Y compris l'andouille chère à la cité des Pansards.
-Améliorer la diversité des commerces, proposer des produits originaux, des articles de marques réputées et attrayantes, des prix concurrentiels.
-Installer une halte et une aire de motor-homes. Pourquoi pas, d'ailleurs, sur ce parking de la ferme Walkens?
-Attirer les PME.
-Améliorer l'animation générale (et de qualité) de la ville et ne pas compter uniquement sur "l'effet Lindbergh".
-Concrétiser d'autres idées que vous allez suggérer par l'intermédiaire du blog "Le Couvinois"!

Il faut faire de Couvin une étape et un lieu de séjour

Une fois attirés, les gens doivent avoir envie de rester à Couvin Pour une soirée, une nuit, plusieurs jours. Mais savez-vous combien de personnes peuvent être logées à Couvin-centre? La réponse nous est donnée par une simple consultation du site de la Maison du Tourisme. A Couvin, deux établissements offrent un total de 9 chambres (neuf), pouvant héberger 19 (dix-neuf) personnes. C'est loin d'être suffisant. Par comparaison, Rocroi, toute proche, situation autoroutière similaire, 2500 habitants (soit moins que la moitié de Couvin) dispose de deux hôtels, 17 (dix-sept) chambres susceptibles d'accueillir le sommeil de 34 personnes.
Il faut une infrastructure hôtelière à Couvin et une augmentation du nombre et de la capacité des chambres d'hôtes. Il faut des gîtes ruraux de plus grande capacité. Il faut un camping pouvant aussi accueillir des nuitées, de préférence au bord de l'eau, ça attire.

Il faut adopter de nouvelles mentalités

"Le Couvinois" vous dit quoi et ose le dire. La mentalité de Couvin, dans l'état actuel, n'est pas propice à l'audace, à l'innovation. Mais Mesdames et Messieurs les Couvinois, vous rendrez-vous compte ques les industries périclitent à Couvin et que ce n'est pas de ce côté-là que viendra l'essor? Et combien de fois n'entend-t-on ce genre de phrases-clichés quand une nouvelle idée est émise. "On a déjà essayé, ça ne marchera jamais", "ça ne ressemble à rien", "C'est d'jà bon ainsi!".
Le jour où on entendra à Couvin: "Voilà une bonne idée, mettons-nous tous ensemble et avec méthode pour la faire aboutir", les Couvinois  auront parcouru un chemin bien plus durable et bien plus salutaire que cette autoroute dont ils regardent la construction.

BERNARD THEIS

Réagissez à cette note! Postez un commentaire, une observation, une suggestion via le formulaire

 

 

 

Lien permanent Catégories : C.V.Q. (C'est vécu, Couvin Vie Quotidienne), Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Le Débablaton(c), Politique locale et régionale 17 commentaires

Commentaires

  • Natif de Couvin, jeunesse à Olloy et habitant près de Rocroi, je suis toujours attaché à ma ville puisque j'y viens la plupart du temps y faire mes courses, je trouve qu'elle manque d'attractivité surtout en places de parking. Voyez le nombre de véhicules qui tournent en rond sur la place Piron afin de s'y garer alors que le centre de la dite place est libre mais inaccessible. Cela crée des bouchons dans le faubourg St Germain car ces véhicules attendent de pouvoir y tenter l'aventure d'une hypothétique place libre. Des bouchons aussi au stop près de la sandwicherie pour ceux qui tournent à gauche vers Rocroi et ceux qui tournent à droite vers la gare. Pourquoi ne pas autoriser le trafic (réserver aujourd'hui aux seuls bus du TEC) à emprunter la route qui longe le parc et aboutit devant le Match? Ce parc, parlons-en: pas vraiment envie d'y flâner lorsqu'on y rencontre une "faune" des plus désagréables et menaçantes, que l'on retrouve aussi sur le pont près du cinéma ou allongée sur les marches du Carrefour une canette à la main ...Quelle piètre image de ma ville ! C'est là que la police devrait être au lieu de se cacher derrière un radar !
    Pour dynamiser commercialement Couvin, pourquoi ne pas profiter des expériences des villes qui ont subi aussi jadis un contournement et qui sont assez florissantes aujourd'hui comme Philippeville, Dinant, ... alors n'hésitons pas à contacter les commerçants et responsables politiques de ces cités. Merci de m'avoir lu mais ce n'est que mon opinion et il y en a certainement d'autres tout aussi intéressantes.

  • Dinant plus de commerces non plus..

  • La richesse de Couvin? Son environnement naturel!! Pourquoi ne pas en faire une ville vraiment alternative? Personne n'a réussi en Wallonie? Pourquoi pas les couvinois!!
    Des circuits pédestres, équestres, cyclistes de super qualité qui partent de l'hypercentre jusque dans les forêts.?Des aménagements durables en lien avec le thème de la nature...LA ville qui aurait réussi à refaire entrer la nature dans ses rues, dans son ambiance, ...Pas des petits sparadraps un peu vert, non. Un projet ambitieux, long terme, intégré .où la conservation de l’énergie, de la nature,l’aménagement du paysage, la rénovation urbaine, l’architecture, l’agriculture se connectent enfin!! Vous connaissez les projets de ville en transition en Angleterre? Un concept qui fait pendre la langue à toute l'Europe. On fait la file pour aller les visiter.. On ne fera pas un Couvin plein d'énergie sans passer au dessus des a priori politiques de courtes vues. Allons y ensemble, à fond!
    Quelques infos sur
    http://www.voxeurop.eu/fr/content/article/78751-totnes-pionniere-europeenne-de-lautarcie-verte
    Et on peut l'imaginer dans de petits bourgs

  • Suis-je le seul à penser qu'il est un peu tard de penser à comment on va pouvoir faire en sorte que le contournement et l'autoroute soient une réussite? N'était-ce pas la réponse à cette question qui a mené à la construction de ce contournement ou avons-nous fait les choses à l'envers?

    Sinon, pour ma part, il est illusoire de transformer Couvin en ville-étape. Pourquoi? Réfléchissez au type de trafic qui va emprunter cette autoroute? Les routiers, pas le genre à faire du tourisme; les navetteurs et autres professionnel ne s'arrêteront pas non plus, les gens de la région qui vont faire leurs courses en France, les vacanciers. Qui sont ces vacanciers? Probablement (car aucune étude de trafic origine-destination n'a jamais été faite, ce qui est encore une erreur dans la conception du projet) des belges majoritairement, quelques néerlandais qui se dirigent vers la France. Couvin n'est qu'à 1h30 de Bruxelles, vous croyez sincèrement que ces vacanciers vont s'arrêter après environ 1h30-2h00 de route de même au retour ???
    Pour ma part, les seuls personnes qui sortiront de l'autoroute seront ceux dont Couvin est la destination.
    Donc la seule question à se poser est : qu'est ce qui va attirer le chaland à avoir Couvin comme destination? Ce qu'ils n'ont pas chez eux tout simplement. Nous n'avons pas encore de tour Eiffel. Au niveau gastronomique, c'est assez faible et malheureusement peu remarquable pour le commun des mortels, au niveau attraction touristique c'est un peu mieux mais rien d'exceptionnel. La seule chose pour laquelle Couvin vaut le voyage, c'est son cadre, sa nature, son patrimoine. Malheureusement, l'autoroute vient le balâfrer et on ne peut pas dire que le patrimoine soit mis en valeur par un plan de secteur dépassé et l'absence de règles urbanistique permettant le maintient d'une harmonie dans le bâti local. Faites le tour des villages de l'entité, avant 1970-80 on pouvait facilement différencier les régions en fonction des habitations, maintenant toutes les nouvelles maisons se ressemblent en Belgique. Quand vous rentrez à Frasnes, vous pourriez-vous croire dans les Ardennes flamandes en exagérant un peu.

    En bref, il faut : mettre en place un règlement d'urbanisme strict prenant en compte la spécificité du bâti local en fonction de la zone géographique (Ardenne, Calestienne, zone tampon) et le faire appliquer à la lettre notamment par des contrôles préventifs.
    prendre son courage à deux mains et modifier les plans de secteur pour concentrer l'habitat quitte à procéder à des expropriations pour les éventuels propriétaires perdants et éviter que l'entité ne devienne qu'une seule et même ville et que des paysages non artificialisés persistent.
    S'associer au parc Naturel Viroin-Hermeton (et pourquoi pas Ardennais) (faut pas se leurrer, c'est surtout Viroinval qui va profiter du contournement)
    Favoriser les moyens de transports légers (points-noeuds comme à Chimay).
    Développer quelque chose d'unique mais local (refaire des sabots?, relancer la fabrication de raquettes vintages en bois?) .
    Pour attirer les PME, création d'une zone franche ?

    Au fait, notez que les personnes se rendant à Chimay passeront toujours dans Couvin!

  • Merci, M. Nicolas (un autre) pour votre commentaire, auquel je réponds dans l'esprit de renforcer/relancer un débat déjà bien entamé et bien nourri!
    Le contournement de Couvin a été présenté comme justifié pour deux raisons.
    Primo: la sécurité et la mobilité à l'intérieur de Couvin-ville. Un argument auquel, personnellement, j'adhère. Il n'est plus normal, tant que l'automobile (légère ou lourde) est un moyen de transport privilégié des biens et des personnes, qu'une liaison rapide promue au rang d'autoroute, traverse le centre d'une ville de 5500 habitants. Donc, un contournement se justifie. Faut-il que ce soit une autoroute de 144 km, ça je ne le crois pas. De même, je pense que ce contournement sera un travail inachevé s'il n'est pas complété par de nouvelles règles de circulation, de mobilité et de stationnement en ville. Cela fait partie du débat.
    Secundo, désenclaver la région et assurer le développement économique. Le désenclavement est une aberration compte tenu du réseau d'autoroutes déjà plus que suffisant en Belgique. Quant au développement économique, je suis sceptique et le resterai tant que je n'aurai pas la certitude d'un changement des mentalités à Couvin. Car si les infrastructures peuvent faciliter, le développement économique dépend de l'audace, de l'initiative, de la solidarité et de la mise en commun des humains qui peuplent la région.
    Il est clair que, quoi qu'on en dise, le tourisme est une valeur économique à développer sur base d'un capital fondamental dont nous disposons, à savoir l'environnement (au sens large, naturel et bâti). On peut souhaiter des projets industriels ou artisanaux, mais ce n'est plus l'industrie qui sauvera Couvin et ce serait une lamentable erreur d'encore le croire.
    Dans votre message, vous indiquez que Viroinval sera la première à bénéficier du contournement de Couvin. Je vous rejoins totalement. L'ardeur des élus de Viroinval, influents par ailleurs, à vouloir un contournement proche de chez eux mais construit sur la commune voisine, l'indique à souhait...

  • Au risque de faire dévier le débat, la sécurité est un faux argument, le problème pouvait être résolu autrement et puis, il serait peut-être judicieux de comparer le nombre d'accidents dans 2 agglomérations de tailles semblables comme Chimay, je ne suis pas certain qu'il y ait une différence significative statistiquement.

    Sinon, effectivement le tourisme est à développer et, quitte à me répéter, il faut faire en sorte que Couvin soit unique ce qui est de moins en moins le cas pour ma part.
    L'enseignement peut également être une piste. Nous avons des ressources naturelles, mais nous devons aller jusque Ciney, Gembloux, Ath, La Reid pour nous former aux métiers de l'agriculture ou de la sylviculture.

    Mais je suis que nos concitoyens sont pleins de bonnes idées, il faudra surtout un bon soutien pour pouvoir les concrétiser.

  • Bravo M. Theis, bonne initiative que d'ouvrir ce genre de débat.
    Pour ma part, voici quelques pistes de réflexion qui me viennent à l'esprit.
    Pour favoriser le tourisme à Couvin, il convient, comme vous le soulignez, de renforcer deux aspects qui me paraissent essentiels: l'attrait et la propreté du centre-ville.
    L'attrait
    La configuration de la Place est complètement à revoir.
    Comment les touristes, en mobilhomes notamment, pourraient-ils se garer dans le centre-ville? Ne serait-il pas possible de leur aménager un espace bien renseigné? Idem pour les cars, vélos...
    Couvin dispose d'atouts naturels (Eau noire, ponts, falaise, Vieux Couvin...) que beaucoup de petites villes pourraient lui envier: pourquoi ne pas les mettre en valeur avec -idée parmi d'autres- la création d'un petit train touristique durant l'été par exemple? Et une brocante ou un marché de terroir le dimanche matin sur la Place Piron, pourquoi pas?
    Enfin, à quand un petit musée dans le centre-ville? Couvin possède une histoire suffisamment riche (passé industriel, fonderies, Donnay...) qui mériterait ce genre de témoignage. Trop onéreux? A voir. Couvin, que l'on sait en difficultés financières, se fait fort de maintenir chaque année un feu d'artifice le 21 juillet qui coûte plusieurs milliers d'euros. Belle initiative mais, vu le contexte, ne serait-il pas plus judicieux de consacrer cet argent à des éléments plus permanents et plus porteurs comme à un éclairage et à des illuminations dignes de ce nom durant les Fêtes de fin d'année par exemple?
    Concernant la propreté, il reste pas mal de choses à améliorer mais des vasques de fleurs ont vu le jour cette année à plusieurs endroits du centre-ville. C'est déjà un bon début!

  • D'abord , merci ä monsieur Theis de lancer le débat . Déjà quelques bonnes idées sont partagées ici . Pour ma part , il me semble que quelque-unes pourraient être associées dans le cadre d'une valorisation du centre historique de la ville ( ville de la mosaïque , atelier de fabrication de sabots , petit restos terroir valorisant nos richesses "gastronomiques" ) associé à la création d'un parcours pédestre découverte de la vieille ville . Enfin il me semble aussi que la création d'un espace d'accueil pour les mobihomes adjacent à un espace camping s'impose . Et je tiens encore ä préciser qu'en couvinoise native je privilégie ma ville pour les courses dans l'idée de soutenir le commerce local .

  • N'avait-on pas évoqué une sorte de jumelage avec Rocroi ? L'idée d'associer les spécialités de Couvin ( Andouille, boudin, rabottes, bière connue,...) avec les spécialités de Bourgogne pourrait aussi être une piste pour créer un festival gastronomique international. Beaucoup d'excellents restaurants faisaient la renommée de Couvin en Flandres et même en France, il y a 20 ans. Pourquoi pas un concours culinaire ? On pourrait aussi répertorier les gîtes chez l'habitant et " réveiller" certains beaux hôtels connus...

  • De fait , faire reconnaître Couvin-centre et ses villages comme "VILLE ETAPE" avec des panneaux appropiés, quand on descend vers le sud et qu'on en revient après les vacances, c'est le début ... Pour cela, il faut un HORECA de qualité , un hébergement de qualité , des services de qualité , avec un panneautage et un marketing de qualité. J'engage les parties prenantes à se rendre en Semois belge, à Rochehaut, pour voir comment Michel et Patricia Boreux ont merveilleusement quadrillé la problématique, et aller prendre des leçons en Hollande , notamment en Zeelande sur la presqu’ile de Walcheren ..."Y a du boulot pour les mois qui viennent , et du mouillage de maillot" !!!!!!!!!!!!!!!!

  • Le précédent commentaire a été rédigé par Luc Thomé!

  • Je suis née à Couvin en 1933, j'ai quitté ma ville natale en 1945 et depuis 70 ans, je viens en touriste chaque année au moins une dizaine de jours.
    Je mérite la médaille de la fidélité !
    En tant que " touriste"voici 2 propositions : - nettoyer et mettre en évidence le lavoir qui se trouve en face de la Maison du Tourisme.
    - établir un partenariat avec les propriétaires du parc St Roch de manière à offrir aux promeneurs un superbe endroit à deux pas du centre.

  • De Christian Navarro, envoyé via Facebook
    Christian Navarro Un des problèmes majeurs à Couvin, est la propreté et le respect des mobiliers urbains. Qu'ils soient de la ville même ou coté SNCB, c'est une triste image d'une ville en bordure de la frontière et, il suffit de voir comment nos voisins se soucient de leurs villages. Le second si je puis dire est, un manque cruel d'ouverture aux autres cultures et idées venant hors régional. De Bruxelles ou d'Anvers, Couvin pourrait devenir une ville verte tout simplement, en faisant en sorte que les visiteurs aient envie de flâner d'avantage plutôt que de prendre un verre en terrasse et disparaître pour ne plus revenir. L'usage de la seconde langue en commerce est aussi un gros problème et, cet été encore, de nombreux touristes on du se débrouiller avec des francophones pour trouver leur route, un hôtel, un site à visiter, en dehors de Couvin, comme à Mariembourg par exemple. Pour terminer : pourquoi laisser une rue principale se remplir de night shop Pakistanais aux nombre de 5 si je ne me trompe et aux façades dégoutantes ? Non que ces commerçants soient indésirables, mais ils génèrent une population qui traîne la nuit et donc, cause des dégâts au mobilier ou salissent les pavés de ce qui reste de la place Piron. Il se retournerait dans sa tombe, vu l'état déplorable de celle-ci, Dites vous aussi que, les touristes ne viennent pas pour le passé glorieux et industriel de Couvin mais, pour découvrir les Ardennes, la Thièrache, Viroinval etc. Merci de m'avoir lu, bonne soirée.

  • Tout a fait d acc avec mr navarro.a propos des 5 pakis...avec leur guirlandes
    Noel toute l annee..triste de voir ca en plein centre..fait fuir le client ds couvin..deja pas nombreux..et les ivrognes tte la journee

  • A la lecture des deux derniers commentaires...
    Les commerçants pakistanais sont aussi présents parce que non seulement "on" les a laissés s'installer, et aussi parce qu' "on" n'a pas assez défini les règles de fonctionnement (horaires) de leur commerce. Mais ces commerçants font aussi leurs courses à Couvin-ville, il n'est pas rare de les voir dans l'un ou l'autre magasin. Donc, pas d'amalgame, et n'allons pas chercher ailleurs, chez les autres, les raisons de la misère...

  • Je suis aussi convaincu qu'afin de dynamiser le centre de Couvin ,il faut mettre l'accent sur une nouvelle politique de mobilité qui permettrait de "réconcilier" les piétons et les véhicules motorisés .En ce sens ,pour ma part ,la place Général Piron et l"ensemble "Grand Place -ferme Waelkens" doivent être repensés .
    En ce qui concerne l'accueil ,je pense aussi que la signalétique pourrait être revue (en différentes langues si possible) .Comme le dit un commentaire plus haut ,il n'est pas rare que l'on me demande le chemin et ce ,dans différentes langues .De même ,peu de commerçants peuvent répondre aux touristes étrangers dans leur langue .
    En matière de tourisme ,je pense que nous n'avons pas assez d'ambition :peu d'hébergement,un couvy pass qui ne propose que 3 attractions ,laissant de côté "Le chemin de fer des 3 vallées",le "Karting des Fagnes ","La Brasserie des Fagnes " .Un couvy pass + pourrait les inclure ainsi qu'un repas dans un resto de la région ou une boisson gratuite ,par exemple .
    De même ,aucune offre de mobilité entre ces attractions n'est offerte aux personnes qui viendraient à Couvin ou Mariembourg en transport en commun .
    Nous avons des petits producteurs et artisans aux alentours de Couvin ,pourquoi ne pas les regrouper autour d'un label couvinois ?

  • Le label couvinois pour les petits producteurs locaux , voilà une idée géniale en ce temps de crise agricole ! De quoi faire d'une pierre ,deux coups !

Les commentaires sont fermés.