Histoire et patrimoine - Page 2

  • La "Fête des Leus" de Frasnes se publie sur Facebook

    Il y a 39 ans, été 1976, les "Leus" de Frasnes s'affairaient à organiser la toute première "Fête des Leus". L'idée lancée par trois jeunes du village et suivie par la maison des Jeunes locale,  allait se concrétiser sur la Grand-Place de Frasnes. Jofroi (qui avait d'ailleurs "épaulé" cette première organisation), son groupe accompagnateur "Les Couloneux", Daniel Sélis (le vielleux ardennais qui avait amené des copains), Jean-Pierre Collard (qui fut ensuite connu sous le nom de "Jeanpico Lunaire"), le groupe "Rue du Village", en furent les "vedettes". Première réalisation, premier succès, en appelant d'autres. La deuxième Fête des Leus", en 1977, affichait déjà un beau programme et amorçait l'idée d'un festival de grande envergure. Ce qui fut le cas dès 1978, avec un programme des plus alléchants, qui certains n'hésitaient pas à qualifier de meilleur de Wallonie. Les éditions 78, 79, 80 et 81 ont attiré plusieurs milliers de personnes: estimation "raisonnable" de 12-15000 personnes. Soit plus de 10 fois la population du village. Sans doute beaucoup trop. La Fête des Leus existerait peut-être encore si elle avait trouvé un endroit d'accueil écarté de l'agglomération, et si Stephen Stills n'avait pas manqué du plus total respect pour le public et les organisateurs. De fait, il était sur scène dans un état euh, disons, proche de l'Ohio!!!

    Nonobstant cette prestation lamentable, Stephen Stills fut un des grands noms de cette fête de village grandie en festival. Il y en eu d'autres: le vieux Derroll Adams, Gabriel Yacoub puis Malicorne, Roger Siffer et ses chansons imprégnées de gewurztraminer, Country Joe McDonald (si si, le "fuck" de Woodstock!), l'Echo du Bayou (qui étaient devenus les meilleurs zélateurs de la Fête), Catherine Ribeiro, Tom Paxton, Roger Mason, René Werneer et l'habit de plumes, La Bamboche, Emmylou Harris, Ange, Castelhémis (devenu un "pote" de nombreux Frasniens), et les comiques suisses d'Aristide Padygros. Sans compter les François Béranger (décédé en 2003), Graeme Allwright, Steeleye Span (qui vient à Dranouter cette année), Fairport Convention (qui existe toujours)... Bref, il n'y a que Neil Young et  Bob Dylan qui ne sont pas montés sur la grande scène de Frasnes-lez-Couvin!

    De cette fête, certains parlent toujours avec de nombreux souvenirs et de belles délectations dans les oreilles. Bon prétexte pour immortaliser ces souvenirs.

    L'intérêt de cette page sur Facebook est aussi de collecter tous les documents, photos, enregistrements, souvenirs, témoignages... Tant qu'il est encore temps!

    B.TH.

    Le lien vers la page et ses différents chapitres:

    https://www.facebook.com/pages/F%C3%AAte-des-Leus-de-Frasnes-lez-Couvin/987648587954473

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Histoire et patrimoine, Vie associative, culture, arts 0 commentaire
  • Couvin: les sculptures monumentales de Jean-Guy Closset, clin d'oeil à la métallurgie locale

    Avec le Centre Culturel Christian Colle, dans le cadre des opérations "Action Sculpture" initiées par Action Sud et réparties dans tout l'arrondissement de Philippeville et la Botte du Hainaut, Jean-Guy Closset a posé quelques-unes de ses sculptures monumentales dans l'Espace des Fonderies Saint-Joseph de Couvin. Ces sculptures originales font référence au passé métallurgique de Couvin. L'expo se visite en balade jusqu'en juin 2016.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Histoire et patrimoine, Vie associative, culture, arts 0 commentaire
  • Couvin: "La Bataille de l'Eau Noire" ou l'épopée victorieuse des irréductibles couvinois

    Au début de l'année 1978, Guy Mathot, alors Ministre des Travaux Publics, annonce qu'un barrage va être construit sur l'Eau Noire. Dans l'intention, l'idée n'est pas neuve: certains "spécialistes" préconisaient, déjà à la fin du 19e siècle, la construction d'un réservoir d'eau à Couvin. Et en 1973, l'ingénieur Malfaison, reçu au conseil communal de Couvin, avait évoqué le projet d'un barrage en même temps que la programmation d'un évitement routier léger de Couvin... par l'ouest de la ville.

    Guy Mathot  ne s'imaginait pas que les Couvinois allaient réagir durement et avec détermination contre ce projet. Pourtant, il y avait de quoi se révolter et de prier le ministre mégalomaniaquebarrage projet.jpg de noyer sa copie. S'ils avaient laissé ce projet se concrétiser, les Couvinois vivraient maintenant à quelques dizaines de mètres d'une énorme digue de 70mètres de haut et 700 mètres de large, barrant la vallée de l'Eau Noire (le Fond de l'Eau) et celle du Ry de Pernelle, ces deux vallées étant noyées sous quelque 160 millions de mètres cubes d'eau. Soit, par comparaison, plus de 70 fois la capacité de l'actuel barrage du Ry de Rome. Les désastres paysagers, environnementaux, économiques, auraient été irrémédiablement dramatiques avec ce projet dont l'inutilité a été rapidement démontrée. (voir la carte-dessin de ce projet, ci-contre)

    On doit cette issue victorieuse à la détermination, le courage, l'audace, la créativité, la subtilité des "Irréductibles couvinois qui, pendant neuf mois à partir du 1er janvier, de l'année 78, se sont investis dans l'opposition à ce barrage.

    Citoyen de la butte de Pesche depuis quelque six ans, Benjamin Hennot, au contacts de voisins qui lui ont raconté leur lutte, a décidé d'en faire un film documentaire. Comme il le dit lui-même dans la vidéo ci-dessous, il n'a pas ménagé ses efforts, recherchant la matière de son film dans les bibliothèques, les archives audio-visuelles et surtout, les témoignages des acteurs de l'époque.

    Ce film, réalisé par Benjamin Hennot, produit par Marie Kervyn pour YC Aligator Films, est terminé et présenté en avant-première cette semaine et ce week-end à Couvin. A ne pas manquer évidemment.

    En pratique

    -Ce jeudi 7 mai à 20h: dans le cadre des Jeudis du Doc en partenariat Centre culturel Christian Colle de Couvin et Ciné-Ecran.net de Couvin, projection en avant-première du film en présence du réalisateur Benjamin Hennot et de la production. L'événement sera égayé par la prestation d'une chorale qui interprétera une chanson anti-barragiste, par la présence d'un groupe de musique manouche. Sponsors aidant, il y aura de la bière locale à boire et du boudin noir local à manger! Inutile de dire qu'il est urgent de réserver, s'il y a encore des places. 0486 43 01 52.

    -Deux projections sont prévues au Ciné-Ecran.net, mais sans musique, sans boudin et sans bière locale: le samedi 9 mai à 18h et le dimanche 10 mai à 18 h.

    Ciné-Ecran.net: place Général Piron, Couvin. 0486 43 01 52

    La vidéo

    Benjamin Hennot et la productrice Marie Kervyn présentent le film. Point de départ: la consultation des archives au Centre culturel Christian Colle de Couvin....

     

     

     BERNARD THEIS

     

    Lien permanent Catégories : A l'agenda, Couvin: quoi de neuf?, Gens d'ici et d'ailleurs, Histoire et patrimoine, Vie associative, culture, arts 1 commentaire