Humeur, humour et grognes - Page 4

  • Couvin-Mariembourg: ligne ferroviaire 132 appauvrie et menacée, une pétition

    Note préalable: il y a des infos et de l'humeur dans cet article

    Il y a quelques jours, Le Couvinois relevait les dires formulés dans un bi-hebdomadaire ardennais gratuit évoquant la conséquence possible du contournement autoroutier de Couvin: la suppression du tronçon ferroviaire Couvin-Mariembourg de la Ligne 132.
    Cet article a été commenté dans divers sens, mais souvent désapprobateurs face aux menaces pesant sur la Ligne, malgré ce qui ressemble davantage à de bonnes intentions qu'à de vraies promesses. Certains bien-penseurs, que l'on voit mal utiliser les transports en commun, épinglaient le coût supplémentaire issu de l'aménagement de la trémie sous le passage à niveau. Cela sans s'offusquer du coût global de la construction du contournement. Cherchez l'erreur!

    Une des pires armes qu'auraient les décideurs pour "éviter" ces travaux, ce serait de décourager les navetteurs usagers du chemin de fer, d'emprunter ce tronçon jusqu'à faire admettre qu'il est inutile.

    Et hélas, il faut bien le reconnaître, cette hypothèse sournoise ne peut plus être mise au conditionnel. Cette "pire arme" est bel et bien mise en œuvre.

    Un de nos lecteurs, bien informé, nous a fait part des intentions de la SNCB, qui à la fin de l'année, compte supprimer des trains et des arrêts sur la Ligne 132. Nous publions ci-dessous le planning des trains, des arrêts et des trajets, tel qu'il est actuellement et tel qu'il sera en fin d'année si la SNCB ne change pas  d'avis. Et notre interlocuteur de formuler les constats  et commentaires qui suivent.

    "1) Allongement des temps de parcours général  (cela avait déjà été annoncé dans la presse pour toutes les lignes du réseau ferré).

    2) Le premier train du matin qui arrivait à Charleroi à 5h19 est supprimé . Le train suivant arrive à 5h40 . A moins d'être cheminot en gare  ou travailler dans le centre de Charleroi, c'est un peu juste pour commencer le travail à 6 h00 .

    3)Pour rejoindre Charleroi en soirée, on supprime également un train. La dernière solution étant un départ à 19h53 .Actuellement le dernier train pour le pays noir est à 20h56.

    4) De Charleroi vers Couvin on supprime  deux trains en soirée. Le dernier train partira à 20h13 de Charleroi pour arriver à 21 h07 ! Actuellement le dernier train est à 22h30 pour arriver à 23h30. Plus question de traîner à Charleroi.

    5) Autre constatation aux conséquences moindres dans l'immédiat pour Couvin-Mariembourg : la suppression de nombreux arrêts aux "points d'arrêt" sur la ligne . Cela veut dire que l'on "force" également là, les voyageurs à ne plus utiliser le train (et ainsi justifier de futures suppressions de trains ?)."

    Action: signez la pétition!

    Les utilisateurs de la ligne, et ceux qui souhaitent son maintien dans son intégralité, lancent une pétition "Pour que les horaires de la Ligne 132 tiennent compte des arrêts aux villages".

    "Le Couvinois", le blog qui vous dit quoi, s'engage pour sa région et vous invite à signer cette pétition. Notre région ne peut être un havre de paix et de tranquillité, sorte de réserve d'Indiens que l'on évite à tout prix. Au contraire, il faut préserver tous les moyens qui permettent d'y accéder et de s'y mouvoir.

    Voici le texte de la pétition à signer. Si vous êtes d'accord, appuyer sur le bouton -c'est un lien direct- et agissez!

    "Les prévisions pour les nouveaux horaires de décembre 2014 de la ligne 132 sont catastrophiques pour les navetteurs habitants un village mais également pour les correspondances avec d'autres trains, leurs temps peut parfois être allongé de 25 minutes! Pour les personnes S'arrêtant dans un village (hors Berzée), le dernier train est à 17h42 au départ de Charleroi! Après, achetez-vous une voiture ou trouvez quelqu'un pour venir vous chercher! Sans oublier toutes les suppressions de Trains! Si vous voulez marquer votre désaccord signez !!!"

    Pour que les horaires de la ligne 132 tiennent en compte des arrêts aux villages

    Les plans de transports de la SNCB

    L'actuel: horairesl132actuel.pdf

    Ce qui est prévu pour la fin d'année: horairesl132nouveaux.pdf

    BERNARD THEIS

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 1 commentaire
  • Couvin: quel avenir pour la ligne de chemin de fer Mariembourg-Couvin?

    Attention, ceci est un billet d'humeur basé sur l'actualité!

    Le dimanche matin, je vais chercher des croissants dans une boulangerie de Couvin. Ils sont tellement frais qu'ils sont tout chauds... Et de cette boulangerie, je fais provision de lecture dominicale gratuite et m'attarde notamment sur Le mag'info des Ardennes (françaises), bi-hebdomadaire gratuit.

    Le dernier numéro, 97, valable du samedi 8 au vendredi 21 mars, est particulièrement attrayant. Sa couverture exhibe le chantier arrêté de la A 304, qui n'est autre que le "prolongement" des contournements autoroutiers de Couvin et de Rocroi. Le chantier de ce tronçon autoroutier français est donc arrêté suite à une action intentée par France Nature Environnement (FNE), association se plaignant qu'aucune compensation n'ait été prévue pour l'ensevelissement de zones humides écologiquement intéressantes. Les commentaires et citations ne sont guère élogieux envers ces doux rêveurs d'écologistes qui viennent perturber ce chantier salvateur, présenté comme porteur d'emplois (ce qui reste à prouver) et débouchant sur la réalisation de l'indispensable chaînon manquant dans la liaison Marseille-Rotterdam via Dijon, Reims, Charleville, Rocroi, Couvin... Et Mariembourg-Nord, où nous avons déjà dit que s'arrêtait ce rêve transeuropéen. Au-delà de Mariembourg, on se trouve sur une route à quatre bandes qui n'a d'autoroute que le nom, avec ses carrefours, ses croisements, ses traversées d'agglomérations, ses feux rouges et ses embouteillages.

    Mais laissons-là les amis français se dépêtrer dans les labyrinthes de leurs administrations et procédures. La page suivante du mag'info concerne le contournement de Couvin. Un chantier en cours, qui a solutionné à grands frais ses problèmes de recours et balayé adroitement les judicieuses préoccupations archéologiques ou environnementalistes. "Objectifs: Europe et développement économique", annonce mag'info dans le chapeau de son article. Aucune allusion, à ce stade, à la seule réalité qui justifie le chantier couvinois: la sécurité des habitants à l'intérieur de la ville. Tout le reste, Europe, développement économique, c'est, à ce stade, de la foutaise. Ou tout au moins, du rêve à concrétiser, mais on n'est nulle part. Ce chantier là n'est pas encore envisagé.

    La fin de l'article est plus qu'interpellante: "...Et demain, c'est le chemin de fer en travers qui posera des questions. "Si on se contente de faire arriver le train à Mariembourg, alors tout va bien. Si on veut vraiment qu'il arrive à Couvin, c'est 40 millions de plus". Resteront, ensuite, les 44 km de Nationale 5 reliant Couvin à Charleroi." Soit dit en passant, ce dernier bout de phrase contredit les prédictions françaises et nous donne raison... Mais ce qui est dramatique, c'est la citation de la personne interviewée (qui n'est pas spécifiquement nommée dans l'article et qu'on n'ose imaginer). Donc, traduction: il faut supprimer la ligne ferroviaire Mariembourg-Couvin, comme cela on fera des économies de 40 millions d'euros. Et tout ira bien.

    Des économies? Un langage injurieux pour les finances publiques, face au coût de 180 millions € pour l'ensemble du contournement. Et puis, tant pis pour le service public et l'utilité confirmée de ce bout de ligne ferroviaire pour les étudiants et les travailleurs. Car vous savez, M'sieurs-Dames, du travail, à Couvin, il n'y en a plus, et de moins en moins. Les commerces se vident, se ferment et ne se reprennent pas, et des services intéressants, liés au quelques rares emplois encore à dénicher difficilement, déménaqent vers d'autres cieux plus cléments, comme la Miresem, par exemple.

    Mais peu importe, Couvin aura bientôt son contournement, belle autoroute flambant neuve qui invitera des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Même le chemin de fer ne s'y arrêtera plus. Tout ira bien.

    BERNARD THEIS

    Envie de réagir à cette note?
    Débattons, Débablaton.
    Utiliser le bulletin de commentaire lié à cette publication.

    Bandeau Débablaton.jpg

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c), Politique locale et régionale 4 commentaires
  • Couvin: prêt européen de 80 millions € pour le contournement

    La Banque Européenne d'Investissement (BEI) accorde un prêt de 80 millions € à la Wallonie pour les travaux du contournement de Couvin. C'est ce qu'a indiqué, ce mercredi 22 janvier, le ministre wallon des Travaux publics, Carlo Di Antonio, qui se réjouit de voir ainsi aboutir un dossier entamé par son prédécesseur Benoît Lutgen.

    Ce prêt de 80 millions € sera utilisé par la SOFICO (Société de Financement Complémentaires des infrastructures), émanation de la Région wallonne. "Le financement de l'aménagement autoroutier de l'E420 entre Frasnes et Brûly est ainsi assuré", se réjouit le ministre Di Antonio qui a pointé les nombreuses investigations menée par le BEI avant d'accorder ce prêt. C'est que le contournement de Couvin est un chantier d'ampleur importante, aux conséquences économiques, financières -coût total estimé à 176 millions €- et environnementales importantes. Ces dernières ne peuvent d'ailleurs passer inaperçues.

    Di Antonio indique encore que le chantier devrait s'achever dans le courant du deuxième semestre 2017, un aboutissement quasi concomitant avec la fin du chantier français.

    Cette décision de la BEI est la confirmation de l'importance européenne donnée à ce tronçon autoroutier, considéré comme manquant sur la Nationale 5 entre Charleroi et Reims. De manière encore plus large, il est présenté comme le chaînon manquant sur un axe autoroutier transeuropéen de Marseille à Rotterdam.

    Notre opinion

    Sans manifester une opposition farouche, "Le Couvinois" s'est toujours montré critique par rapport au contournement de Couvin, l'ampleur de son chantier et l'importance qu'on lui donne...

    L'intérêt principal d'un contournement réside dans la sécurité qu'il va amener à l'intérieur de la cité couvinoise.

    Mais ce contournement va aussi inviter des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Dès lors, prétendre sans plus d'actions concrètes que ce contournement va amener le développement économique dans cette région n'est, à ce stade, qu'une vue de l'esprit qui peut être dangereuse dans le sens où elle pousse à l'immobilisme. Nous l'avons déjà écrit: c'est maintenant, avant la fin du chantier, que des actes doivent être posés pour que l'effet attendu du contournement soit une réalité. Les carences actuelles doivent être comblées au plus vite: le manque de visibilité de la région couvinoise, le manque de possibilités d'hébergement sont des freins au tourisme, important facteur de santé économique et sociale de la région.

    L'importance européenne du contournement de Couvin est aussi une conception... Dont la crédibilité s'arrête à "Mariembourg-nord". Passé cette limite, la route devient une chaussée à quatre bandes relativement étroites, polluée par de nombreux carrefours, ronds-points et voiries transversales présentant un danger constant. Plus loin encore, les conducteurs se trouvent freinés par le goulot d'étranglement que constitue Charleroi-sud. De ce côté, on tergiverse...

    Enfin, on ne peut passer sous silence les dégâts que le chantier occasionne pour l'environnement, ni la poussière et la crasse qu'il provoque. On ne fait pas d'omelette sans casser les œufs, rétorquera-t-on facilement. C'est sans doute pour cela que, dès le printemps et à plus forte raison pendant l'été, la région couvinoise va déguster. L'omelette aura un goût amer.

    BERNARD THEIS

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Humeur, humour et grognes, Politique locale et régionale 0 commentaire