Humeur, humour et grognes - Page 7

  • Couvin: guichet de la gare fermé, mode d'emploi

    (Note pour le lecteur: il y a dans ce texte de l'information et de l'humeur)

    C'était annoncé. Mais quand l'annonce se concrétise, ça fait mal... Le guichet de la gare de Couvin est définitivement fermé depuis ce 28 juin, sacrifié sur l'autel des "nécessaires économies", des "indispensables restructurations", des "Ce n'était plus rentable" et autres jérémiades du même acabit. Tant pis pour la mobilité dans une région qui voit ses transports en commun, et les moyens qui leur sont associés, se raréfier de jour en jour.
    Il n'y a aura donc plus personne pour donner un renseignement, délivrer un ticket, expliquer les horaires et les correspondances. M'sieurs-dames, passez votre chemin, démerdez-vous et faites ce qu'on vous dit. C'est ainsi que, maintenant, on transporte les gens ! Autrement dit, c'est comme cela que le train vous mène en bateau.

    Donc, à défaut de présence humaine, il y a un guichet automatique qui annonce fièrement son nom: "Mobility". Et dans sa grande bonté, la SNCB vous offre même un mode d'emploi. Cliquez sur le lien: http://www.b-rail.be/nat/assets/flash/userguidev6/userguidev_F.html

    Il se disait que, dans un premier temps, des agents seraient présents aux côtés de Mobility pour en expliquer le fonctionnement aux navetteurs. Etrangement, ce lundi 1er juillet après-midi, nous n'avons vu personne... Par contre, il vous est vivement conseillé de vous munir d'un ticket valide avant d'embarquer. Dans le cas contraire, il y aura bien quelqu'un pour vous dresser une amende.

    La fermeture du guichet inquiète Le Couvinois, qui craint d'assister à la disparition, lente, discrète et sournoise, de la ligne Couvin-Mariembourg-Charleroi. Les bruits courent en effet que la construction du contournement routier, déjà sur les rails, signifiera la fin du chemin de fer dans la région...

    BERNARD THEIS

     

    couvin,gare,train,ligne 132

     

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 4 commentaires
  • Wallonie: 540.000 € pour cinq points, non mais tu rigoles ou quoi ?

    (Ceci est un billet d'humeur basé sur l'actualité)

    La Wallonie vient de se doter d'un nouveau logo et d'une nouvelle charte graphique. Ah, qu'il est beau ce logo et comme il représente bien la Wallonie! En cinq points noirs, on y sent vraiment bien la chaleur de vivre, le sens d'accueil des Wallons, leur ouverture sur le monde... Et de la Wallonie, transparaît bien - transpire, devrais-je écrire- le dynamisme, les couleurs du quotidien, la société multiculturelle dont elle se fait sienne...

    Non, mais... euh quoi? On rigole là? 540.000 € pour cinq points, excusez du peu. Le Couvinois est outré et le dit. Pour ce prix-là, aucune raison de garder sa langue -sa "prose"- en poche. Pendant ce temps, des chômeurs doivent -doivent donc, sont obligés, sanctions à l'appui- de justifier les recherches d'emplois qui n'existent pas... Des personnes malades -j'en connais- sont tenues d'honorer des rendez-vous, la veille d'une opération mutilante à l'hôpital... Pendant ce même temps, on accuse, à tort et faussement, des candidats réfugiés de gagner 1300 € par mois "et net en plus", ce qui est absolument faux.

    Tout cela fait cher, vraiment cher, le point... Ce débours n'empêche pas ce même gouvernement wallon en cinq points, ou cette "fédération Wallonie-Bruxelles", de refuser un statut aux artistes, de raboter les subsides à des tas d'associations qui mènent un vrai travail de créativité citoyenne, d'adopter des moratoires sur des besoins non-marchands mais vraiment cruciaux pour la vie quotidienne des gens.

    On aurait pu -du- par exemple, demander aux artistes wallons, il y en a des vrais, des connus, des réputés, des inconnus, des authentiques, des sensibles, des visionnaires- de créer un vrai logo qui ressemble vraiment à la Wallonie, qui clame son sens de l'accueil, de l'ouverture, de la fête.

    N'acceptons pas ce logo, il n'a pas de sens. Faisons-le savoir! Boycott du logo en cinq points!

    BERNARD THEIS

    Lien permanent Catégories : Humeur, humour et grognes, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 8 commentaires
  • Macon: feu vert du ministre Henry pour le projet éolien. Est-ce bien raisonnable? Et la démocratie ?

    (Billet d'humeur basé sur l'actualité)

    Le ministre Philippe Henry, l'Ecolo qui a l'Aménagement du Territoire dans ses attributions de ministre régional wallon, vient de donner son feu vert pour l'implantation d'un parc éolien à Macon, dans l'entité de Momignies. Ce projet, nourri depuis plusieurs années par la société Windvision, annonce l'érection de cinq mats aux lieux-dits "Fayi" et "Plaine par-delà l'arbre" à Macon. Le projet initial déposé et "corrigé" au fil du temps par cette société n'a été modifié par le ministre que sur un seul point: une des éoliennes prévues se trouvait trop près des habitations, elle ne participera donc pas au projet. Cinq mâts pourront donc être érigés.

    Si l'on peut admettre qu'une décision soit prise, on peut s'interroger sur la nature de cette décision. Celle-ci ne va pas dans le même sens qu'un bon nombre de citoyens, qui avaient fait part de leur désapprobation face à ce projet. Ces citoyens s'intégrent d'ailleurs dans une tendance, assez généralisée dans le sud de l'Entre-Sambre et Meuse, de voir d'un mauvais oeil tout projet d'implantation de nouvelles éoliennes.

    "Le Couvinois", le blog qui vous dit quoi, prend acte de ces positions citoyennes. Et en finale, il y souscrit.
    Voici pourquoi...

    Analyse

    -Philippe Henry n'en est pas à une erreur près... Ce ministre Ecolo, qu'un député wallon, non sans une certaine démagogie, avait qualifié de "catastrophique", habitue à susciter la méfiance à force de donner des feux verts à des projets contestés. Le plus bel exemple: l'autorisation donnée à Carmeuse d'ouvrir un nouveau site d'extraction de calcaire sur Saint-Aubin/Hemptinne (Florennes), projet qui avait provoqué une levée de boucliers appuyée par une pétition de quelque 7000 signatures. Excusez du peu. Henry tient-il compte des citoyens ?

    -On a l'impression que ce ministre obéit à des intérêts et pressions qui sont bien loin d'un idéal démocratique. Une pression syndicale a favorisé la décision concernant Carmeuse... On peut se demander à présent si le ministre n'obéit pas aux exigences de l'Europe ou des "lobbyings éoliens". Dans l'un et l'autre cas, c'est la finance aveugle qui chapeaute les décisions. L'idéal initial écologiste de contrer la toute-puissance des électriciens s'abaisse face aux exigences de la finance. Ce n'est pas mieux. C'est pire. On se trouve dans un registre non pas productif mais spéculatif. Les promoteurs éoliens le savent et sont avant tout des financiers plutôt que des techniciens ou des environnementalistes.

    -La production électrique issue des éoliennes ne profite pas aux habitants des contrées où elles sont installées. Rares sont les éoliennes citoyennes et les quelques efforts annoncés par les promoteurs sont dérisoires au regard des bénéfices engrangés. Les communes ne prélèvent pas de taxes spécifiques.

    -Par contre, les citoyens doivent subir les conséquences de la présence des éoliennes. Les bruits et effets stroboscopiques perturbent. Les paysages sont gâchés. Les terrains perdent de leur qualité et de leur valeur. Les éoliennes confisquent des terres vraisemblablement bonnes à des agriculteurs qui ont peine à nouer les deux bouts.

    -La destruction des paysages est une atteinte forte à ce capital le plus précieux qui caractérise notre région d'Entre-Sambre et Meuse. Ces environnements préservés, cette couleur verte que le ministre écolo semble ignorer superbement, attirent les touristes. Eux au moins savent ce qui est beau. Et quand dans une région, le retour d'une industrie performante et pourvoyeuse d'emplois apparaît comme un rêve, le tourisme est un facteur important de redéploiement socio-économique. Les éoliennes pourraient être érigées ailleurs, le long des autoroutes ou aux abords des parcs industriels, notamment.

    -Enfin, s'il est légitime de proposer des alternatives à l'énergie nucléaire douteuse sur le plan technique -des accidents arrivent- et dangereuse sur le plan citoyen (car les dispositifs de sécurité en arrivent à menacer nos libertés), il serait encore plus légitime d'apporter un soutien volontaire et dynamique à des méthodes plus saines, moins destructrices et efficaces: la biomasse, l'utilisation (raisonnée) des forêts, les alternateurs à faible vitesse, pour ne citer que ces exemples.

    BERNARD THEIS

    Lien permanent Catégories : Humeur, humour et grognes, Politique locale et régionale, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 0 commentaire