Politique locale et régionale - Page 7

  • Couvin: bientôt de nouveaux locaux pour l'administration communale ?

    Couvin compte bien bénéficier de subsides européens pour améliorer le confort, le cadre de vie ou l'emploi des habitants de l'entité, dans l'esprit d'un "Couvin, porte de France". S'ils sont accordés, ces subsides du FEDER-FSE (Fonds Européen de Développement Régional-Fonds Social Européen) pourraient notamment permettre à l'administration communale couvinoise de bénéficier de nouveaux locaux.

    Les citoyens couvinois ont pu le lire dans la dernière livraison de Couvin.be, soit dit en passant au choix des lecteurs, le bulletin d'information communale ou le manuel de valorisation des membres du Collège communal: il y a des projets à Couvin, ce qui a été ensuite confirmé par un communiqué du BEP, le Bureau Economique de la Province de Namur.

    Une extension du parc industriel de Mariembourg est prévue, même si cela fait des années qu'on en parle. Tellement d'années que l'on est en droit de se demander pourquoi cette extension n'est pas encore réalisée. C'est urgent, puisque ce projet, quand il sera réalisé, pourrait amener quelque 260 emplois.

    Un autre projet réside dans l'aménagement d'une entrée de ville digne de ce nom, opéré dans la foulée de deux réalisations: le contournement de Couvin et la transformation du site Gare de Couvin/Chantier Patigny/Zoning Couvinoise. Un artère urbaine conviviale, aérée et de belle présentation serait aménagée. Ce projet avait été annoncé il y a quelques mois, dans le cadre de la modification du Plan Communal d'Aménagement de cette vaste zone (PCA n°4). Ce projet s'inscrit en outre dans la perspective d'un aménagement de la traversée routière de Couvin.

    Enfin, un troisième projet est plus inattendu: l'aménagement d'une nouvelle construction pour abriter l'administration communale couvinoise. Un aménagement que l'on peut considérer comme justifié: à l'avenue de la Libération, les locaux actuels, décentrés, sont issus d'une rénovation d'un bâtiment industriel ancien et peu adapté aux exigences d'une administration communale moderne. Ils ne peuvent concrétiser les intentions d'économies d'énergie, ni garantir un accès correct aux personnes à mobilité réduite.
    Le lieu de cette peut-être future administration n'est pas révélé. Mais tout lecteur-citoyen peut interpréter la signification des propos, rapportés dans Couvin.be, de Benjamin Calice, président du CPAS doté de compétences scabinales en matière notamment d'aménagement du territoire: "Le futur emplacement n'a pas été choisi par hasard. Situé à proximité de la place du centre-ville mais également de l'Eau Noire, il contribuerait à la revalorisation de l'entrée nord de Couvin dans un espace vert qui a été assaini il y a un peu plus de dix ans et permettant également de fare renouer les citoyens et les touristes avec l'eau comme élément vecteur de dévelopement humain et économique."

    Le programme FEDER-FSE porte sur les années 2014-2020. Le projet couvinois est ambitieux, puisqu'il est estimé dans son ensemble à quelque 25-30 millions €. Malgré ce montant, l'opération pourrait ne couter que très peu (voire rien) à la commune de Couvin, compte tenu des mécanismes de subventions conjointes Europe-Région wallonne.

    Avec l'accompagnement du BEP, une "task force" formée d'experts va examiner l'ensemble des dossiers couvinois, de manière à rendre un avis au Gouvernement wallon à la fin de l'année ou au début 2015. Décision européenne suivra. Espérons-le.

    BERNARD THEIS

     

    Couvin 4 juillet 2009 balade centre culturel et photos 050.JPG

    L'eau, comme vecteur de développement humain et économique: une pensée qui coule de source

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale 1 commentaire
  • Maintien de la ligne 132: le conseil communal de Viroinval adopte une motion

    Malgré tous les propos rassurants, de lourdes menaces pèsent sur la ligne ferroviaire 132 (Charleroi-Mariembourg-Couvin).

    D'une part, la réalisation du contournement autoroutier de Couvin suggèrera que l'on solutionne le problème du passage à niveau de Frasnes. Une trémie est prévue, qui garantirait alors le maintien du tronçon ferroviaire Mariembourg-Couvin (ou vice-versa). Mais certains pointent déjà le coût des travaux, soit 40 millions € et laissent entendre que, dans ces conditions, il serait préférable que la ligne 132 n'aille pas plus loin que Mariembourg.

    D'autre part, la SNCB réforme ses horaires. Entendez par là que des trains sont supprimés et que certains horaires annoncés ne seront plus compatibles avec les exigences de travail, de formation, d'école, des navetteurs. Mais la SNCB justifie: moins de trains, trajets plus longs en temps, mais moins de retards. Quel langage imprégné de fausseté! Résultats: on finira par dégoûter les voyageurs de prendre le train... Et donc, moins de trains, moins de clients, et donc, ligne moins rentable. A supprimer donc!

    Propos rassurants, écrivions-nous en début de note? Ne devrait-on pas parler de propos édulcorants, qui ont une belle saveur pour mieux faire passer une pilule fort amère?

    Face à cela, une pétition circule. Le Couvinois, le blog qui vous dit quoi, vous invite à la signer (lien ci-dessous pour un accès direct au site)

    Mais Le Couvinois souhaite aussi que les forces vives et politiques emboîtent le pas des citoyens et réagissent, eux aussi. Dans ce sens, saluons la position du conseil communal de Viroinval qui, en sa séance de ce mercredi 26 mars, a adopté une motion pour le maintien de la Ligne 132. En voici le texte.

    "Considérant que, le 14 décembre de cette année, la SNCB implémentera sur son réseau un nouveau plan de transport pour une durée de trois ans;
    Attendu qu’en collaboration avec le Gouverneur, la SNCB a présenté son plan aux forces vives de la Province de Namur, le lundi 24 mars 2014;
    Attendu qu’un horaire prévisionnel de la ligne 132 (Charleroi-Couvin) a circulé, et suscité de vives inquiétudes de la part des navetteurs;
    Attendu que la SNCB semble faire le choix de privilégier les gares de Berzée et Walcourt, au détriment des autres arrêts locaux;
    Considérant que l’usage du train constitue une solution de mobilité à favoriser pour nos villages;
    Attendu que l’étendue du service offert constitue l’un des garants d’une attractivité du chemin de fer comme moyen de transport;
    Considérant que ce plan, qui supprime de nombreuses dessertes locales, aura un impact sur de nombreux usagers de nos communes rurales;

    Considérant que l’horaire prévisionnel allonge les temps de correspondance pour de nombreux travailleurs ou étudiants qui se dirigent vers Mons, Namur, Bruxelles;
    Attendu que ce même horaire ne permettra plus aux habitants des villages d’utiliser la ligne 132 pour accéder aux établissements dispensant des cours du soir (dernier retour possible à 17h42) ou des formations organisées par le Forem à Charleroi;
    Considérant l’importance de la gare de Couvin, véritable lien de mobilité aux confins du Sud-Namurois pour des centaines d’utilisateurs, travailleurs et étudiants de la région couvinoise;
    Considérant que, dans une perspective de développement durable, la SNCB doit développer un service public où les usagers sont égaux quels que soient la gare et le train qu’ils empruntent;
    Considérant que la Commune de Viroinval, entité rurale, est concernée par ce nouveau plan de transport,

    A l’unanimité, le Conseil communal de Viroinval:

    -Plaide pour le réexamen du plan de transport 2014-2017, notamment en ce qui concerne la ligne 132;
    -Sollicite la mise en place d’une concertation entre la SNCB, les communes concernées par la ligne 132 et les usagers;
    - Sollicite le réexamen et le maintien des dessertes locales de la ligne 132;
    - Plaide pour le maintien de la gare de Couvin, gare terminus de la ligne 132.

    La présente motion est adressée à:

    -Monsieur Jean-Pascal LABILLE, Ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes;
    -Monsieur Philippe HENRY, Ministre Wallon de la Mobilité;
    -Monsieur Jo CORNU, Administrateur délégué de la SNCB;
    -Monsieur Jean-Claude FONTINOY, Président de la SNCB-Holding 
    -Monsieur Guy BEMELMANS, Directeur du district Sud-Ouest de la SNCB."

    Voilà donc une initiative salutaire de la part de la commune de Viroinval. Et dès lors, se pose la question: le Conseil communal de Couvin, qui se réunit ce vendredi soir 28 mars, adoptera-t-il une attitude semblable pour le salut de ces citoyens?

    BERNARD THEIS

    Signez la pétition!

    https://www.lapetition.be/en-ligne/Pour-que-les-horaires-de-la-ligne-132-tiennent-en-compte-des-arrets-aux-villages-14292.html

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 1 commentaire
  • Couvin: quel avenir pour la ligne de chemin de fer Mariembourg-Couvin?

    Attention, ceci est un billet d'humeur basé sur l'actualité!

    Le dimanche matin, je vais chercher des croissants dans une boulangerie de Couvin. Ils sont tellement frais qu'ils sont tout chauds... Et de cette boulangerie, je fais provision de lecture dominicale gratuite et m'attarde notamment sur Le mag'info des Ardennes (françaises), bi-hebdomadaire gratuit.

    Le dernier numéro, 97, valable du samedi 8 au vendredi 21 mars, est particulièrement attrayant. Sa couverture exhibe le chantier arrêté de la A 304, qui n'est autre que le "prolongement" des contournements autoroutiers de Couvin et de Rocroi. Le chantier de ce tronçon autoroutier français est donc arrêté suite à une action intentée par France Nature Environnement (FNE), association se plaignant qu'aucune compensation n'ait été prévue pour l'ensevelissement de zones humides écologiquement intéressantes. Les commentaires et citations ne sont guère élogieux envers ces doux rêveurs d'écologistes qui viennent perturber ce chantier salvateur, présenté comme porteur d'emplois (ce qui reste à prouver) et débouchant sur la réalisation de l'indispensable chaînon manquant dans la liaison Marseille-Rotterdam via Dijon, Reims, Charleville, Rocroi, Couvin... Et Mariembourg-Nord, où nous avons déjà dit que s'arrêtait ce rêve transeuropéen. Au-delà de Mariembourg, on se trouve sur une route à quatre bandes qui n'a d'autoroute que le nom, avec ses carrefours, ses croisements, ses traversées d'agglomérations, ses feux rouges et ses embouteillages.

    Mais laissons-là les amis français se dépêtrer dans les labyrinthes de leurs administrations et procédures. La page suivante du mag'info concerne le contournement de Couvin. Un chantier en cours, qui a solutionné à grands frais ses problèmes de recours et balayé adroitement les judicieuses préoccupations archéologiques ou environnementalistes. "Objectifs: Europe et développement économique", annonce mag'info dans le chapeau de son article. Aucune allusion, à ce stade, à la seule réalité qui justifie le chantier couvinois: la sécurité des habitants à l'intérieur de la ville. Tout le reste, Europe, développement économique, c'est, à ce stade, de la foutaise. Ou tout au moins, du rêve à concrétiser, mais on n'est nulle part. Ce chantier là n'est pas encore envisagé.

    La fin de l'article est plus qu'interpellante: "...Et demain, c'est le chemin de fer en travers qui posera des questions. "Si on se contente de faire arriver le train à Mariembourg, alors tout va bien. Si on veut vraiment qu'il arrive à Couvin, c'est 40 millions de plus". Resteront, ensuite, les 44 km de Nationale 5 reliant Couvin à Charleroi." Soit dit en passant, ce dernier bout de phrase contredit les prédictions françaises et nous donne raison... Mais ce qui est dramatique, c'est la citation de la personne interviewée (qui n'est pas spécifiquement nommée dans l'article et qu'on n'ose imaginer). Donc, traduction: il faut supprimer la ligne ferroviaire Mariembourg-Couvin, comme cela on fera des économies de 40 millions d'euros. Et tout ira bien.

    Des économies? Un langage injurieux pour les finances publiques, face au coût de 180 millions € pour l'ensemble du contournement. Et puis, tant pis pour le service public et l'utilité confirmée de ce bout de ligne ferroviaire pour les étudiants et les travailleurs. Car vous savez, M'sieurs-Dames, du travail, à Couvin, il n'y en a plus, et de moins en moins. Les commerces se vident, se ferment et ne se reprennent pas, et des services intéressants, liés au quelques rares emplois encore à dénicher difficilement, déménaqent vers d'autres cieux plus cléments, comme la Miresem, par exemple.

    Mais peu importe, Couvin aura bientôt son contournement, belle autoroute flambant neuve qui invitera des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Même le chemin de fer ne s'y arrêtera plus. Tout ira bien.

    BERNARD THEIS

    Envie de réagir à cette note?
    Débattons, Débablaton.
    Utiliser le bulletin de commentaire lié à cette publication.

    Bandeau Débablaton.jpg

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c), Politique locale et régionale 4 commentaires