Politique locale et régionale - Page 8

  • Couvin: quel avenir pour la ligne de chemin de fer Mariembourg-Couvin?

    Attention, ceci est un billet d'humeur basé sur l'actualité!

    Le dimanche matin, je vais chercher des croissants dans une boulangerie de Couvin. Ils sont tellement frais qu'ils sont tout chauds... Et de cette boulangerie, je fais provision de lecture dominicale gratuite et m'attarde notamment sur Le mag'info des Ardennes (françaises), bi-hebdomadaire gratuit.

    Le dernier numéro, 97, valable du samedi 8 au vendredi 21 mars, est particulièrement attrayant. Sa couverture exhibe le chantier arrêté de la A 304, qui n'est autre que le "prolongement" des contournements autoroutiers de Couvin et de Rocroi. Le chantier de ce tronçon autoroutier français est donc arrêté suite à une action intentée par France Nature Environnement (FNE), association se plaignant qu'aucune compensation n'ait été prévue pour l'ensevelissement de zones humides écologiquement intéressantes. Les commentaires et citations ne sont guère élogieux envers ces doux rêveurs d'écologistes qui viennent perturber ce chantier salvateur, présenté comme porteur d'emplois (ce qui reste à prouver) et débouchant sur la réalisation de l'indispensable chaînon manquant dans la liaison Marseille-Rotterdam via Dijon, Reims, Charleville, Rocroi, Couvin... Et Mariembourg-Nord, où nous avons déjà dit que s'arrêtait ce rêve transeuropéen. Au-delà de Mariembourg, on se trouve sur une route à quatre bandes qui n'a d'autoroute que le nom, avec ses carrefours, ses croisements, ses traversées d'agglomérations, ses feux rouges et ses embouteillages.

    Mais laissons-là les amis français se dépêtrer dans les labyrinthes de leurs administrations et procédures. La page suivante du mag'info concerne le contournement de Couvin. Un chantier en cours, qui a solutionné à grands frais ses problèmes de recours et balayé adroitement les judicieuses préoccupations archéologiques ou environnementalistes. "Objectifs: Europe et développement économique", annonce mag'info dans le chapeau de son article. Aucune allusion, à ce stade, à la seule réalité qui justifie le chantier couvinois: la sécurité des habitants à l'intérieur de la ville. Tout le reste, Europe, développement économique, c'est, à ce stade, de la foutaise. Ou tout au moins, du rêve à concrétiser, mais on n'est nulle part. Ce chantier là n'est pas encore envisagé.

    La fin de l'article est plus qu'interpellante: "...Et demain, c'est le chemin de fer en travers qui posera des questions. "Si on se contente de faire arriver le train à Mariembourg, alors tout va bien. Si on veut vraiment qu'il arrive à Couvin, c'est 40 millions de plus". Resteront, ensuite, les 44 km de Nationale 5 reliant Couvin à Charleroi." Soit dit en passant, ce dernier bout de phrase contredit les prédictions françaises et nous donne raison... Mais ce qui est dramatique, c'est la citation de la personne interviewée (qui n'est pas spécifiquement nommée dans l'article et qu'on n'ose imaginer). Donc, traduction: il faut supprimer la ligne ferroviaire Mariembourg-Couvin, comme cela on fera des économies de 40 millions d'euros. Et tout ira bien.

    Des économies? Un langage injurieux pour les finances publiques, face au coût de 180 millions € pour l'ensemble du contournement. Et puis, tant pis pour le service public et l'utilité confirmée de ce bout de ligne ferroviaire pour les étudiants et les travailleurs. Car vous savez, M'sieurs-Dames, du travail, à Couvin, il n'y en a plus, et de moins en moins. Les commerces se vident, se ferment et ne se reprennent pas, et des services intéressants, liés au quelques rares emplois encore à dénicher difficilement, déménaqent vers d'autres cieux plus cléments, comme la Miresem, par exemple.

    Mais peu importe, Couvin aura bientôt son contournement, belle autoroute flambant neuve qui invitera des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Même le chemin de fer ne s'y arrêtera plus. Tout ira bien.

    BERNARD THEIS

    Envie de réagir à cette note?
    Débattons, Débablaton.
    Utiliser le bulletin de commentaire lié à cette publication.

    Bandeau Débablaton.jpg

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c), Politique locale et régionale 4 commentaires
  • Thermic Distribution Europe: un cubilot électrique ? Une reprise par le personnel ?

    En faillite depuis quelques jours, Thermic Distribution Europe (société héritière des Fonderies du Lion) recherche un repreneur, par l'intermédiaire des curateurs. Interrogé cette semaine par des députés MR et Ecolo, le Ministre Jean-Claude Marcourt a fait le point dans ce dossier.

    Depuis lors, un vent favorable soufflant sur "Le Couvinois" (le blog de bonne foi qui vous dit quoi) a apporté des précisions quant aux intentions d'un des candidats repreneurs, le fondeur Roger Lecomte. Celui-ci serait intéressé par une reprise de l'activité de fonderie. Son intention est d'aménager un cubilot électrique, ce qui garantirait une plus grande longévité à l'activité.

    On apprend également qu'un nouveau projet de reprise existe, émanant du personnel de l'entreprise faillie. D'aucuns pensent que c'est un "beau projet", basé sur une structure alternative (forme coopérative ?) et utilisant notamment des possibilités offertes par l'octroi d'aides à l'emploi importantes dans le cas d'engagement de jeunes non-diplômés.

    Thermic Distribution Europe, héritière d'un savoir-faire confirmé et forte d'une réputation presque séculaire (l'origine de l'entreprise remonte à 1921), garde un potentiel énorme. Malgré la situation actuelle, la clientèle continue à manifester sa fidélité aux marques et à la qualité des fabrications. Un signe encourageant, qui n'autorise cependant aucune perte de temps quant à une reprise de l'activité.

    BERNARD THEIS

        

     

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale 0 commentaire
  • Couvin: il fait noir où l'on marche, les passages pour piétons sont mal éclairés

    Les passages pour piétons sur la Nationale 5 dans le centre de Couvin sont mal éclairés. Ils ne bénéficient d'aucun éclairage spécifique et, bien souvent, les vitrines des commerces  ne compensent que très mal un éclairage de ville nettement insuffisant. Des citoyens épinglent cette navrante situation, d'autant plus qu'un accident  sérieux s'est déroulé sur un de ces passages en décembre dernier. Et depuis plusieurs mois, sur un réseau social bien connu, un groupe attire l'attention. Sans résultats jusqu'ici.

    PassagesPiétonsN 20140213 023 legende.JPGAu début du mois de décembre, un jour vers 18h, Madame Germain a été victime d'un accident sur un des passages piétons traversant la Nationale 5, elle a été sérieusement blessée. Sur base de ce constat, son fils Christophe a lancé une pétition qui a recueilli plusieurs dizaines de signatures. Quelques temps auparavant, un groupe s'était créé sur Facebook, réclamant que des interventions se manifestent en faveur d'un éclairage des passages dits "protégés".

    Aux méfaits des automobilistes sans vergogne qui oublient que les piétons circulant sur les passages qui leur sont réservés  sont prioritaires, aux camions qui roulent tellement vite qu'on se demande comment ils pourraient s'arrêter au cas où, s'ajoutent les carences de l'éclairage.

    "Le Couvinois", celui qui vous dit quoi en toute bonne foi, a pu le constater à trois passages protégés. Les photos (ci-dessous, cliquez sur les images pour les agrandir) parlent d'elles-mêmes et, si l'on peut dire, font toute la lumière sur le sujet.

    Un changement est donc attendu. On pourrait penser, puisqu'il s'agit de la Nationale 5 de gestion régionale wallonne, que c'est le DGO (ex-MET) qui est compétent. Ce n'est pas ce que nous dit le bourgmestre de Couvin. Raymond Douniaux: "Les passages pour piétons sont bien de la compétence de la Commune de Couvin, la Région Wallonne n'a rien à voir là-dedans. Nous sommes au courant du manque d'éclairage et de l'accident survenu en décembre dernier. Nous avons demandé un rapport à la police et nous l'attendons. C'est plus compliqué qu'on ne le croit pour installer ou déplacer un passage pour piétons. Entre autres raisons, il ne faut pas de trottoir et il faut un accès en pente pour les personnes à mobilité réduite. Cela implique aussi, le cas échéant, la suppression d'emplacements de parking". L'idée est évoquée d'aménager un tel passage au niveau de la BNP, ainsi que devant l'ancienne ING au Faubourg Saint-Germain, comme l'a déjà souhaité le conseiller communal Vincent Delire.

    C'est donc l'attente qui prévaut à ce jour. Peut-être serait il opportun, parlant des "passages cloutés", que le bourgmestre et/ou son collège communal retapent sur le clou pour faire avancer les choses... Ou plutôt pour faire avancer les piétons, usagers les plus vulnérables de la voirie, avec davantage de sécurité.

    BERNARD THEIS

    Les photos

    Les clichés ci-dessous ont été pris le jeudi 13 février 2014 vers 18h15. Cliquez sur les images pour les agrandir sur votre écran.

    piétons,Couvin,ville,circulation,sécurité,

    Couvinville,circulation,éclairage,sécurité,

    Couvinville,circulation,éclairage,sécurité,

     

     

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Politique locale et régionale, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 3 commentaires