Arrondissement de Philippeville - Page 3

  • Oignies-en-Thiérache: oui aux feuillus, non aux sapins

    Un mouvement de contestation est né à Oignies-en-Thiérache, sous le nom "Opération Les Muscardins". En cause, la perspective de voir une vingtaine d'hectares de feuillus entièrement mis à blanc et remplacés par une sapinière. Une manœuvre qui menacerait la faune locale, touchant des espèces protégées. Sans agressivité et sans coup d'éclat, les opposants souhaitent sensibiliser l'actuel propriétaire privé, s'adjoindre le soutien de la population et du pouvoir politique et en finale, racheter les 20 hectares de feuillus ainsi que 15 hectares de résineux déjà plantés.

    A Oignies-en-Thiérache, près de la zone Natura2000 du ri d’Alysse, une  forêt de feuillus de 20 hectares est menacée de mise à blanc et de devenir une sapinière. Une perspective qui n'enchante guère les défenseurs de la nature. Ceux-ci expliquent leurs motivations dans un communiqué adressé en début de semaine.

    "Ces bois comprennent une diversité très importante d’espèces animales et végétales, dont certaines qui sont menacées. On trouve sur ces parcelles entre autres le muscardin et la couleuvre à collier, espèces intégralement protégées par la Loi régionale de conservation de la nature. Il y a en outre des sources d’eau pure, et beaucoup d’espèces animales et végétales, dans une harmonie naturelle remarquable et devenue rare.

    Selon la Loi régionale de Conservation de la Nature, et la Directive européenne de Conservation de la nature, la destruction des habitats des espèces protégées est interdite. Nous entamons un processus légal pour faire appliquer cette loi.

    Cependant, la coupe des bois se rapprochant, le propriétaire ayant déjà commencé à construire une route, il nous faut agir en urgence pour empêcher la coupe. Nous invitons donc tous nos réseaux sociaux, amis et concitoyens qui se sentent concernés par la protection de ce patrimoine naturel important, à intervenir. 

    Notre objectif est de trouver un solution pour sauver cette forêt, à travers une bonne communication avec le propriétaire et les autorités."

    Celles-ci ont été sensibilisées au problème. De même que les associations naturalistes, dont Natagora, dont l'expertise s'avérera utile pour appuyer la cause des opposants. Une pétition est en cours, de même que la constitution d'une association qui puisse concrétiser l'achat en cas d'aboutissement du dialogue avec le propriétaire.

    "Tout le monde sait que la nature est importante. De nos jours, il n’est plus acceptable de laisser disparaître des forêts d’une diversité et d’un équilibre devenues rares, de polluer des sources d’eau pure, de détruire des espèces animales en danger.", concluent les acteurs de l'Opération Les Muscardins, qui peuvent être contactés au 0476 811 126. 

    BERNARD THEIS

     

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Justes causes et bonnes solidarités, Politique locale et régionale, Viroinval 0 commentaire
  • "Le Petit Rustique" n'est pas mort à Matagne-la-Petite: il ne manque pas d'air et se prépare à décoller!

    Depuis plusieurs décennies, "Le Petit Rustique" est un café sympathique à Matagne-la-Petite. Loin des débordements occasionnels inhérents à tout débit de boissons, cet estaminet a rempli une mission fondamentale: contribuer au maintien, voire à la création de liens sociaux dans un village où il n'existait pas de lieu de rencontre. Une asbl "Ca ne manque pas d'R" vient de se créer pour maintenir, voire amplifier cette mission. Explications.

    20140729 004 Petit Rustique.JPG"Le Petit Rustique" est depuis plusieurs décennies un café sympathique de Matagne-la-Petite. Presqu'à l'ombre du Carmel (aujourd'hui propriété de la commune de Doische), il était le seul lieu de rendez-vous, autorisant des citoyens de toutes les générations à prendre un verre, discuter le bout de gras, taper la carte, se détendre, discuter, imaginer. En cela, il jouait le rôle fondamental de maintenir ou raffermir les liens sociaux, facteur de cohésion, de citoyenneté, de solidarité dans le village.

    Il y a quelques semaines, "Le Petit Rustique" était désert et son existence était menacée. Présents avec un certain succès depuis quelques années, les exploitants ont quitté les lieux. C'est alors qu'un habitant du village, Yvan Nicolas, actif dans diverses associations et projets de la région, s'est mis en tête de ne pas abandonner ce lieu et le maintenir en vie. De "simple café", l'endroit pouvait devenir centre de développement d'idées, de projets, de cultures au sens large des termes. Une asbl "Ca manque PAD'R" fut créée début juin, PAD'R étant aussi l'abrégé de "Petit Associatif Dynamique Rustique". Trois personnes forment le noyau de cette asbl: Yvan Nicolas, Saskia Jamar (de Mazée) et Christine Lambert. "Le projet, c'est l'esprit d'une maison de village, d'un café citoyen pas bobo", expliquent Yvan Nicolas et Saskia Jamar. "Nous ne voulons pas réinventer la poudre, mais bien proposer ou relayer des activités dans un esprit ouvert. Nous avons commencé par retransmettre les matches du Mundial en attirant l'attention sur l'envers du décor, la situation au Brésil, les dessous du sport, mais sans lasser les gens ou trop intellectualiser."

    Les membres de l'asbl gestionnaire apprécient que les habitants viennent avec des idées et proposent des activités. Ainsi, un programme se concrétise et s'élabore au fil du temps, des idées et des propositions. "Un jeune du village a demandé pour organiser un tournoi de jeux Play Station. Il s'occupe de tout, ça nous plaît bien. Un "blind test" est annoncé, il faudra deviner le titre d'un air de musique ou d'une chanson à l'écoute des quelques premières notes. Un  thé dansant est organisé le 15 août et les aînés du village nous  ont demandé que le lieu soit ouvert le dimanche matin pour le jeu de cartes apéritif. Ce serait fait!" Des contacts avec le Foyer Culturel de Doische, un premier partenariat est né: la présence d'un "livre-échange", on emprunte le livre sur un présentoir, on le ramène quand on l'a terminé. Et Les membres de l'asbl comptent bien, deux fois par mois si possible, faire de ce lieu un café-concert. D'ailleurs, ce vendredi 1er août en soirée, Daniel Guillaume et Philippe Antoine, artistes bien connus de la région, présenteront leur spectacle "Gare au Gorille", composé de chansons de Georges Brassens. L'entrée est libre, les artistes seront payés "au chapeau".

    "Le Petit Rustique" repose sur le bénévolat. L'asbl ne recevant aucun subside, elle ne peut compter que sur ses propres rentrées pour subsister mais à plus forte raison pour concrétiser ses projets. Un vrai défi à relever, motivant mais aussi inquiétant: passé l'été, les frais de chauffage s'ajouteront au loyer...
    L'endroit ne manque pas de charme. Il porte bien son nom: vieille bâtisse rurale, vieilles poutres, grandes tables en bois. A l'intérieur, Le Petit Rustique peut accueillir quelque 60 personnes. Deux terrasses (à l'avant, à l'arrière)augmentent la capacité de l'estaminet qui compte bien rayonner dans le village, mais aussi dans l'entité de Doische et même dans toute la région.

    En pratique

    Le Petit Rustique, 17 rue de l'Auberge, 5680 Matagne-la-Petite (Doische). Tél. 060 34 91 34.
    Ouvert les jeudis et vendredis de 11 à 14 h et de 17 à 22 h, le samedi de 11 à 22 h et le dimanche de 10 à 22 h.

    BERNARD THEIS

    Photos: Saskia Jamar et Yvan Nicolas, à la base du projet "Le Petit Rustique", asbl "ça manque PAD'R". L'intérieur du bâtiment, rustique et sympathique.

     Petit Rustique.JPG

     

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux, Vie associative, culture, arts 0 commentaire
  • Maintien de la ligne 132: le conseil communal de Viroinval adopte une motion

    Malgré tous les propos rassurants, de lourdes menaces pèsent sur la ligne ferroviaire 132 (Charleroi-Mariembourg-Couvin).

    D'une part, la réalisation du contournement autoroutier de Couvin suggèrera que l'on solutionne le problème du passage à niveau de Frasnes. Une trémie est prévue, qui garantirait alors le maintien du tronçon ferroviaire Mariembourg-Couvin (ou vice-versa). Mais certains pointent déjà le coût des travaux, soit 40 millions € et laissent entendre que, dans ces conditions, il serait préférable que la ligne 132 n'aille pas plus loin que Mariembourg.

    D'autre part, la SNCB réforme ses horaires. Entendez par là que des trains sont supprimés et que certains horaires annoncés ne seront plus compatibles avec les exigences de travail, de formation, d'école, des navetteurs. Mais la SNCB justifie: moins de trains, trajets plus longs en temps, mais moins de retards. Quel langage imprégné de fausseté! Résultats: on finira par dégoûter les voyageurs de prendre le train... Et donc, moins de trains, moins de clients, et donc, ligne moins rentable. A supprimer donc!

    Propos rassurants, écrivions-nous en début de note? Ne devrait-on pas parler de propos édulcorants, qui ont une belle saveur pour mieux faire passer une pilule fort amère?

    Face à cela, une pétition circule. Le Couvinois, le blog qui vous dit quoi, vous invite à la signer (lien ci-dessous pour un accès direct au site)

    Mais Le Couvinois souhaite aussi que les forces vives et politiques emboîtent le pas des citoyens et réagissent, eux aussi. Dans ce sens, saluons la position du conseil communal de Viroinval qui, en sa séance de ce mercredi 26 mars, a adopté une motion pour le maintien de la Ligne 132. En voici le texte.

    "Considérant que, le 14 décembre de cette année, la SNCB implémentera sur son réseau un nouveau plan de transport pour une durée de trois ans;
    Attendu qu’en collaboration avec le Gouverneur, la SNCB a présenté son plan aux forces vives de la Province de Namur, le lundi 24 mars 2014;
    Attendu qu’un horaire prévisionnel de la ligne 132 (Charleroi-Couvin) a circulé, et suscité de vives inquiétudes de la part des navetteurs;
    Attendu que la SNCB semble faire le choix de privilégier les gares de Berzée et Walcourt, au détriment des autres arrêts locaux;
    Considérant que l’usage du train constitue une solution de mobilité à favoriser pour nos villages;
    Attendu que l’étendue du service offert constitue l’un des garants d’une attractivité du chemin de fer comme moyen de transport;
    Considérant que ce plan, qui supprime de nombreuses dessertes locales, aura un impact sur de nombreux usagers de nos communes rurales;

    Considérant que l’horaire prévisionnel allonge les temps de correspondance pour de nombreux travailleurs ou étudiants qui se dirigent vers Mons, Namur, Bruxelles;
    Attendu que ce même horaire ne permettra plus aux habitants des villages d’utiliser la ligne 132 pour accéder aux établissements dispensant des cours du soir (dernier retour possible à 17h42) ou des formations organisées par le Forem à Charleroi;
    Considérant l’importance de la gare de Couvin, véritable lien de mobilité aux confins du Sud-Namurois pour des centaines d’utilisateurs, travailleurs et étudiants de la région couvinoise;
    Considérant que, dans une perspective de développement durable, la SNCB doit développer un service public où les usagers sont égaux quels que soient la gare et le train qu’ils empruntent;
    Considérant que la Commune de Viroinval, entité rurale, est concernée par ce nouveau plan de transport,

    A l’unanimité, le Conseil communal de Viroinval:

    -Plaide pour le réexamen du plan de transport 2014-2017, notamment en ce qui concerne la ligne 132;
    -Sollicite la mise en place d’une concertation entre la SNCB, les communes concernées par la ligne 132 et les usagers;
    - Sollicite le réexamen et le maintien des dessertes locales de la ligne 132;
    - Plaide pour le maintien de la gare de Couvin, gare terminus de la ligne 132.

    La présente motion est adressée à:

    -Monsieur Jean-Pascal LABILLE, Ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes;
    -Monsieur Philippe HENRY, Ministre Wallon de la Mobilité;
    -Monsieur Jo CORNU, Administrateur délégué de la SNCB;
    -Monsieur Jean-Claude FONTINOY, Président de la SNCB-Holding 
    -Monsieur Guy BEMELMANS, Directeur du district Sud-Ouest de la SNCB."

    Voilà donc une initiative salutaire de la part de la commune de Viroinval. Et dès lors, se pose la question: le Conseil communal de Couvin, qui se réunit ce vendredi soir 28 mars, adoptera-t-il une attitude semblable pour le salut de ces citoyens?

    BERNARD THEIS

    Signez la pétition!

    https://www.lapetition.be/en-ligne/Pour-que-les-horaires-de-la-ligne-132-tiennent-en-compte-des-arrets-aux-villages-14292.html

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux 1 commentaire