contournement - Page 3

  • Couvin: le chancre de la zone Somy-La Couvinoise sera bientôt une vaste zone de commerces et de services

    La modification du PCA n°4, Plan Communal d'Aménagement de l'espace Somy-La Couvinoise a Couvin a été approuvée définitivement en ce début janvier. La procédure entamée en 1998 s'achève ainsi. Une étape prometteuse et fondamentale avant l'aménagement complet de ce vaste espace de 138 hectares en un zone de services, de commerces et de PME. Ce lundi 27 janvier, le bourgmestre Raymond Douniaux et les échevins Eddy Fontaine ( commerce, PME) et Benjamin Calice (Aménagement du Territoire) ont fait le point. La procédure devrait aboutir à la régularisation de certaines entreprises, l'accueil de nouvelles et la création d'une grande surface, en l'occurrence un Intermarché.

    L'aménagement de la zone Somy-La Couvinoise, vaste espace compris entre l'administration communale de Couvin jusqu'au-delà du garage Daubercies vers le nord, est maintenant rendu possible grâce à l'approbation définitive du Plan Communal d'Aménagement n°4. Entre-temps, le site a vu disparaître l'entreprise Patigny et ses cuves à hydrocarbures et l'assainissement de ce site est en cours. Il y a quelques mois, on y a d'ailleurs découvert des vestiges funéraires datant de l'époque gallo-romaine...
    Aux côtés du bourgmestre Douniaux, les échevins Fontaine et Calice ont souligné l'importance que revêt ce vaste espace et les perspectives qu'il ouvre. Car on se situe là à l'entrée de Couvin, sur un territoire qui prendra une importance nouvelle dès que le contournement en cours de chantier sera opérationnel. Car il s'agit bien de préparer l'après-contournement, comme on peut le voir et l'entendre dans la vidéo ci-dessus. Ce tronçon de la Nationale 5 reprendra une importance locale et le rêve des autorités couvinoises serait d'en faire un véritable boulevard attrayant à l'entrée de la ville, une sorte de "Porte de France" à quelques encablures de la frontière.

    Réticences levées

    Ne serait-ce que par l'intention d'accueillir une nouvelle grande surface, ce projet a suscité des réticences, que les échevins disent avoir levées à force de dialogue et de concertation. Delhaize, Colruyt, Champion et Intermarché avaient manifesté leur intérêt pour s'établir dans cet espace. Il a été demandé aux commerçants couvinois laquelle de ces enseignes leur ferait moins de tort. La réponse fut unanime: un Intermarché. Le site sera donc, à l'issue, régi par les Mousquetaires.
    On parle également d'une pharmacie et de l'installation de certains magasins qui sont pour l'instant excentrés. On évoque aussi une salle de jeux pour les enfants et il n'est pas exclu qu'une partie de l'administration communale puisse s'établir dans les nouvelles installations. L'espace serait doté d'un parking de quelque 400 places.
    Le site est multi-propriété. Une partie appartient à la Ville de Couvin, un autre à la SNCB. C'est une société AKP qui a racheté le site Patigny, et certains privés sont aussi propriétaires de l'une ou l'autre parcelle. Il appartiendra à la commune de Couvin, non pas de jouer à l'opérateur -ce n'est pas son rôle- mais de faciliter l'aménagement et le développement de cette zone, entre autres en y prévoyant les voiries et autres commodités.
    L'enjeu est de taille. Il devrait participer au développement de la région, dopé par le contournement et parallèlement aux soutiens accordés à l'extension du zoning de Mariembourg, au tourisme, aux PME et à l'image de la région.
    On ne sait pas encore quel nom portera ce nouvel espace grouillant d'activités. Couvin a déjà son Espace des Fonderies Saint-Joseph, avec une zone artistique appelée Espace Watriquet. Il y a aussi le Jardin des Mayeurs... Les paris sont ouverts. En attendant, qualifions ce projet par les termes qu'il suggère à ce stade: encourageant et positif.

    BERNARD THEIS
    (texte et vidéo)

     

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Politique locale et régionale 2 commentaires
  • Couvin: prêt européen de 80 millions € pour le contournement

    La Banque Européenne d'Investissement (BEI) accorde un prêt de 80 millions € à la Wallonie pour les travaux du contournement de Couvin. C'est ce qu'a indiqué, ce mercredi 22 janvier, le ministre wallon des Travaux publics, Carlo Di Antonio, qui se réjouit de voir ainsi aboutir un dossier entamé par son prédécesseur Benoît Lutgen.

    Ce prêt de 80 millions € sera utilisé par la SOFICO (Société de Financement Complémentaires des infrastructures), émanation de la Région wallonne. "Le financement de l'aménagement autoroutier de l'E420 entre Frasnes et Brûly est ainsi assuré", se réjouit le ministre Di Antonio qui a pointé les nombreuses investigations menée par le BEI avant d'accorder ce prêt. C'est que le contournement de Couvin est un chantier d'ampleur importante, aux conséquences économiques, financières -coût total estimé à 176 millions €- et environnementales importantes. Ces dernières ne peuvent d'ailleurs passer inaperçues.

    Di Antonio indique encore que le chantier devrait s'achever dans le courant du deuxième semestre 2017, un aboutissement quasi concomitant avec la fin du chantier français.

    Cette décision de la BEI est la confirmation de l'importance européenne donnée à ce tronçon autoroutier, considéré comme manquant sur la Nationale 5 entre Charleroi et Reims. De manière encore plus large, il est présenté comme le chaînon manquant sur un axe autoroutier transeuropéen de Marseille à Rotterdam.

    Notre opinion

    Sans manifester une opposition farouche, "Le Couvinois" s'est toujours montré critique par rapport au contournement de Couvin, l'ampleur de son chantier et l'importance qu'on lui donne...

    L'intérêt principal d'un contournement réside dans la sécurité qu'il va amener à l'intérieur de la cité couvinoise.

    Mais ce contournement va aussi inviter des milliers de conducteurs à éviter Couvin. Dès lors, prétendre sans plus d'actions concrètes que ce contournement va amener le développement économique dans cette région n'est, à ce stade, qu'une vue de l'esprit qui peut être dangereuse dans le sens où elle pousse à l'immobilisme. Nous l'avons déjà écrit: c'est maintenant, avant la fin du chantier, que des actes doivent être posés pour que l'effet attendu du contournement soit une réalité. Les carences actuelles doivent être comblées au plus vite: le manque de visibilité de la région couvinoise, le manque de possibilités d'hébergement sont des freins au tourisme, important facteur de santé économique et sociale de la région.

    L'importance européenne du contournement de Couvin est aussi une conception... Dont la crédibilité s'arrête à "Mariembourg-nord". Passé cette limite, la route devient une chaussée à quatre bandes relativement étroites, polluée par de nombreux carrefours, ronds-points et voiries transversales présentant un danger constant. Plus loin encore, les conducteurs se trouvent freinés par le goulot d'étranglement que constitue Charleroi-sud. De ce côté, on tergiverse...

    Enfin, on ne peut passer sous silence les dégâts que le chantier occasionne pour l'environnement, ni la poussière et la crasse qu'il provoque. On ne fait pas d'omelette sans casser les œufs, rétorquera-t-on facilement. C'est sans doute pour cela que, dès le printemps et à plus forte raison pendant l'été, la région couvinoise va déguster. L'omelette aura un goût amer.

    BERNARD THEIS

    Lien permanent Catégories : Arrondissement de Philippeville, Couvin: quoi de neuf?, Economique, social, Humeur, humour et grognes, Politique locale et régionale 0 commentaire
  • Contournement de Couvin: plus d'obstacles? Et ensuite?

    Bandeau Débablaton.jpg

    Ceci est un billet d'humeur basé sur les récentes nouvelles. Il n'a d'autre objectif que de susciter le débat, c'est l'esprit du Débablaton, l'espace de parole libre du blog "Le Couvinois".

    Plusieurs faits ont enrichi la "saga" du contournement de Couvin au cours des derniers jours... Après les travaux de franchissement de l'Eau Noire au pied du Nieumont et après les mises à blancs spectaculaires, les premiers tirs de mines ont retenti... La seconde phase des travaux a débuté, comme le signale un panneau bien visible sur la Nationale 5 à la sortie de Frasnes en venant de la direction de Philippeville.
    Et puis, excellente nouvelle pour les partisans du contournement, peu  importe que ce soit le contribuable qui paye, mais un accord a été trouvé avec les derniers citoyens qui avaient déposé un recours en annulation au Conseil d'Etat: leur propriété sera expropriée dans son intégralité. Un "pont d'or" qui, dit-on, franchit la dernière difficulté pouvant nuire au projet.

    La dernière difficulté, vraiment? Le "ouf" de soulagement dont les journaux et autres média se sont fait l'écho, sera-t-il le dernier poussé, tel un soupir salvateur? Sûr, on voit mal comment un tel investissement déjà entamé, puisse s'arrêter ainsi... Toutefois, trois réflexions.

    Financièrement, le contournement, dans son ensemble, va coûter cher, très cher... Etrange tout de même, d'entendre parler de sommes rondelettes affublées de si nombreux zéros, alors que partout ailleurs, on crie à tout vent que la Région wallonne n'a pas le sou pour entretenir un réseau routier déjà bien fourni. Conditionnel de mise, le contournement de Couvin pourrait s'arrêter à la route de Petigny. Nos chers voisins concitoyens de Viroinval, nantis de leur superbe puissance politique, seront en partie heureux, eux qui ont toujours voulu un contournement de Couvin qui n'occuperait aucune parcelle de leur territoire mais dont ils seraient les premiers à recueillir les bénéfices sans avoir du en respirer la poussière. Le manque d'argent pourrait confronter les Couvinois à cette dure réalité, assortie de l'abandon de la ligne ferroviaire Couvin-Mariembourg car il y a peu de chances qu'on jugera nécessaire l'investissement pour la trémie sous la Nationale pour remplacer un passage à niveau devenu indésirable.

    Géologiquement, les techniciens ne savent pas, actuellement, ce qu'ils vont trouver dans le sous-sol du Nieumont. Un éminent professeur d'université avait réalisé sa thèse sur le sujet. Il y aurait là un réseau karstique de grand intérêt mais aussi de grande complexité.

    Economiquement, le contournement de Couvin avance vers l'incertitude... Les beaux penseurs à la solde des marchands de tarmac ont endormi les éventuels acteurs, à force de répéter comme une évidence que le contournement va amener de l'emploi, assurer la prospérité économique, désenclaver la région. Le contournement de Couvin aura un effet certain et on l'oublie: celui d'inviter les nombreux usagers à éviter Couvin.
    Nous l'avons déjà écrit: la prospérité économique, ce sont les humains qui l'assurent, avec avant tout de l'audace, de l'inventivité, de la créativité. La route est un outil dont les humains se servent et pas l'inverse.
    Force est de constater que ce chantier-là n'est pas encore ouvert. Il n'est même pas encore pensé, on le saurait. Or, c'est maintenant, pas dans deux ans, pas quand le contournement sera entièrement réalisé s'il l'est un jour, que Couvin doit quitter son sommeil tranquille et entreprendre, inventer, innover. Qu'attend-on, par exemple, pour créer un groupe de réflexion sur l'avenir d'un Couvin contourné, mettre sur pied une Agence de Développement Local? C'est maintenant que l'imagination citoyenne doit prendre le pouvoir dont d'autres abusent...

    BERNARD THEIS

    N'hésitez pas à commenter cette note, émettre vos réflexions, apporter d'autres idées. Débattons, Débablaton! Utilisez le formulaire de commentaire et en route pour le débat !

    Lien permanent Catégories : Couvin: quoi de neuf?, Le Débablaton(c) 6 commentaires