Rastrind, valèt !

  • Couvin: faut-il écrire "Bocq" ou "Boc" ?

    Couvin,

    Le décès d'Yves Antoine (cf. notre récent article) nous donne l'occasion de nous interroger sur la graphie du surnom qui qualifiait cette figure couvinoise. Si l'on en juge par les réseaux sociaux, où ce décès a été largement commenté, on doit écrire le "Boc". Le faire-part glissé dans les boîtes aux lettres couvinoises nous indique "Bocq".

    Evidemment, il n'y a pas à polémiquer à propos d'un terme sans doute d'origine exclusivement orale, qui s'est retrouvé dans la langue écrite. Mais une récente rencontre invite "Le Couvinois", le blog qui vous dit quoi, à apporter son petit grain de sel dans l'histoire.

    Car selon cette rencontre, Yves Antoine tiendrait ce surnom du fait que ses ancêtres étaient charpentiers et qu'ils se déplaçaient sur les charpentes avec une agilité digne d'un écureuil. Or, en wallon, un écureuil, c'est un boc.

    Nos deux ouvrages de référence, à savoir le Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région de Philippe Antoine et le Dictionnaire illustré et encyclopédique des patois de Fagne et de Thiérache de Pierre Defagne écrivent à l'unisson: "boc" pour signifier écureuil, à cette petite nuance près que M. Defagne ajoute une apostrophe en fin de mot: boc'. Mais c'est peut-être pour rappeler qu'un écureuil a une queue! Clin d'œil

    Si vous avez une idée à ce sujet, si vous connaissez de manière plus précise l'origine de ce surnom, n'hésitez pas à commenter cette note, dans le cadre du "Débablaton", l'espace de parole libre du blog "Le Couvinois".

    B. TH.

     

    Lien permanent Catégories : Le Débablaton(c), Rastrind, valèt ! 0 commentaire
  • Des ducasses en veux tu en voilà !

    Savez-vous d'où vient le terme "ducasse" ? Il vient de "dédicace": la ducasse, c'est en effet la fête patronale, l'ensemble des réjouissances dédiées au saint-patron d'une localité. C'est synonyme de kermesse.

    "Ducasse" est employé largement dans les régions du Nord de la France et de Wallonie. Rien d'étonnant, ce sont des régions où le sens de la fête est incrusté dans le coeur de tous les humains qui les peuplent.

    Le Wallon (comme dialecte) comprend diverses graphies et prononciations du terme, comme nous l'affirment nos deux dictionnaires de référence.

    Dans son "Dictionnaire illustré et encyclopédique des patois de Fagnes et Thiérache", Cercle d'Histoire Régionale, 6407 Presgaux (sic), 1984, Pierre Doffagne écrit ceci.

    "Ducace (n.f): fête communale. A l'ducace, nos f'rons a din.ner pou toute èle famîye. Et d'ajouter: "Yess à l'ducace: ressentir une joie très vive. Quand il a seû qu'i steut nomé champète, i steut a l'ducace èt il a payé a bwère a tèrtous".

    Et aussi...

    "Ducauce (n.f.): ducasse (Couvin et environs). Au Prèsgaux, on fwét l'ducauce aus c'rîjes èl trwèzième dimanche dè julète".

    Philippe Antoine, auteur du "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région" (2008), retient le terme "Dicauce n.f. Fête de village. Is vont amon l'mèdecin come on va à l'dicause".

    On se demande pourquoi, mais les ducasses fleurissent surtout en été. Les plus belles sont celles où ces fleurs ont vraiment un parfum de fête, senti dans la sérénité et pas ternies par des bagarres ou des accidents aux conséquences irréparables.

    Mais au fait, savez-vous pourquoi j'écris tout cela? Tout simplement pour  vous suggérer de consulter l'Agenda du Couvinois... Il intègre de nouvelles entrées, notamment des ducasses de votre région.

    Vivez de belles fêtes d'été !

    B. TH.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : A l'agenda, Botte du Hainaut, Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Histoire et patrimoine, Pratique, vie quotidienne, bons tuyaux, Rastrind, valèt !, Vie associative, culture, arts, Viroinval 0 commentaire
  • Mimile en résidence pour mettre au point son nouveau spectacle

    Mimile à la pellicule.jpgQuand un artiste veut mettre au point son nouveau spectacle dans des conditions professionnelles proches de la réalité des salles de spectacles, il intérêt à entrer en résidence.

    Dès ce mercredi 16 janvier, c'est ce que fait Mimile, le chanteur wallon couvinois, et son groupe "les Bribeux d'Toubac". Il sont pour trois jours, du 16 au 18 janvier, en résidence dans les locaux d'Action Sud à Nismes.

    Ce spectacle préfigure un troisième album s'appuyant sur un répertoire actualisé, dans lequel Mimile sera accompagné de nouveaux musiciens partenaires pour un spectacle faisant la part belle aux guitares.
    C'est ainsi q'on retrouvera deux as de la six cordes, Patrick Deltenre -qui a joué avec Maurane, Axelle Red, Kadja Nin- et le bluesman réputé Marc Lelangue. Le bassiste accordéoniste Giacomo Aronica complète la distribution.
    Trois spécialistes du son et de l'écalairage de scène apporteront leurs lumières pour cette création: Steve Dujacquier, Joe Decloedt et Gilles Henry. L'ensemble bénéficiera des conseils avisés de Claude Semal, homme de chanson et de théâtre.

    La Fédération Wallonie-Bruxelles soutient la création, par l'intermédiaire des Tournées Art et Vie et des aides pour la promotion des langues endogènes.

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Rastrind, valèt !, Vie associative, culture, arts 0 commentaire