débat

  • Couvin: le contournement, un carnage nécessaire ?

    (nb. Ceci est un billet d'humeur  et de réflexion inspiré des réseaux sociaux)

    C'est assez régulier: sur les réseaux sociaux, et sur un en particulier, des réflexions naissent assez librement. Ici, certains s'étonnent et s'émeuvent du "carnage" provoqués par les travaux en cours du contournement de Couvin, photos à l'appui. Il est vrai que c'est assez spectaculaire et le spectacle est encore plus marquant (désolant?) au regard des photos aériennes.

    Le débat s'installe donc sur les réseaux sociaux, meublé par des conceptions diverses, certaines apparaissant comme des clichés faciles... Un mal nécessaire pour un mieux après... On ne pouvait pas prévoir un tel carnage... Si on te l'avais dit, tu aurais accepté?...Si tu habitais le centre de Couvin, tu ne dirais pas ça... Etc. Entre regrets fondés et espoirs infondés, où est la sagesse?

    "Le Couvinois", le blog qui vous dit quoi, donne son avis.

    On confond trop souvent la nécessité -que je considère incontestable au seul regard de la sécurité-d'un contournement de Couvin et les travaux en cours, tels qu'ils nous ont été imposés. Et donc, tels qu'ils ont été imposés aux Couvinois... J'observe que, depuis que les travaux se sont présentés destructeurs aux yeux de nombre de Couvinois, ceux-ci se disent "Ah, si on avait su..." Trop tard, les bulldozers n'iront pas en marche arrière!
    L'aventure malheureuse de ce contournement a commencé en 1973. Cette année-là existait un projet déjà étudié de contournement par l'Ouest de Couvin. Les villages de l'Ouest de Couvin (notamment de la vallée du Viroin) ont souhaité que l'on n'oublie pas l'ouest... Et à l'ouest, justement, ils étaient plus fort et ils ont trouvé à Couvin des alliés particulièrement zélés, de bons petits porte-parole, porte-maroquins et autres petits soldats attachés à leur succès électoraux.
    J'ose espérer que ce contournement apportera les effets escomptés quant à la sécurité des citoyens et particulièrement des "usagers faibles" (piétons en premier). Mais le contournement n'empêchera pas les voitures, et encore des camions, de passer par Couvin. Il faudra d'autres aménagements...
    On nous prédit un avenir socio-économique beaucoup plus serein grâce à ce contournement. Cela reste à voir. Il faut pour cela qu'émerge un dynamisme novateur et, hélas, le nombre de commerces déjà disparus ou en voie de l'être ne va pas dans ce sens. Et, paradoxe, le contournement de Couvin va aussi permettre à de nombreux routiers (tous gabarits et véhicules confondus) d'éviter Couvin... Dites-moi, sur ces bases, comment Couvin peut s'en sortir ?

    BERNARD THEIS

    N'hésitez pas à commenter cette note! Alimentez le débat! Proposez des réponses aux questions! 

    Lien permanent Catégories : Couvin positif, Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Le Débablaton(c) 8 commentaires
  • Interdire une pièce de théâtre dans l'église de Brûly-de-Pesche, est-ce bien raisonnable ?

    débat,église,théâtre,

    Le Débablaton, espace de parole libre du blog Le Couvinois (celui qui vous dit quoi) lance le débat sur un sujet qui fait polémique dans l'entité couvinoise...

    Les faits: La troupe théâtrale "Amis Parcours" aurait voulu jouer sa pièce "La Maison de Carton" dans l'église de Brûly-de-Pesche. Pourquoi justement cet endroit? Tout simplement parce qu'à Brûly-de-Pesche, l'église est le seul endroit d'une certaine capacité d'accueil d'un village qui porte encore des traces bien tangibles de la présence nazie dans nos contrées. "La Maison de Carton" justement, relate l'histoire d'une famille autrichienne pendant la période 40-45. Hitler arrive au pouvoir et, au sein de cette famille, la montée d'Hitler suscite des avis mitigés. Les opposants à Hitler vont chercher à convaincre l'autre frange de la famille. La pièce est didactique. Elle dénonce.
    Seulement, voilà. Le curé desservant Brûly-de-Pesche, ainsi que la Fabrique d'église, refusent d'accueillir la pièce dans l'église du village, malgré l'insistance de la Commune de Couvin, qui finance ladite-Fabrique. Motifs invoqués pour ce refus: l'installation électrique est trop faible et le sujet de la pièce ne convient pas pour un lieu de culte.

    Un avis: il est facile de répliquer au motifs invoqués. Tout problème d'installation technique ou électrique trouve généralement une solution par l'apport de compétences appropriées. Le sujet de la pièce, dit-on, ne convient pas pour un lieu de culte. mais comment expliquer, alors, que cette même Fabrique, a accepté le tournage de séquences filmées par une chaîne de télévision, avec même des acteurs et figurants portant des uniformes nazis?

    Les attitudes posent questions... Celles  qui vous sont présentées ci-dessous, et que Le Débablaton vous invite à débattre, ne sont pas limitées. D'autres questions peuvent être posées, d'autres idées émises, d'autres réponses formulées... Le Débablaton cherche, comme on dit, à faire avancer les choses, à indiquer à ceux qui dirigent ce que peuvent penser les hommes, habitants et citoyens. Il ne s'agit pas non plus, de revendiquer un anticléricalisme obtus ou de manifester un catholicisme intégriste. Et le Débablaton pose comme hypothèse que le sujet ne peut être considéré comme tabou.

    Questions, parmi d'autres:

    -De la part de la troupe "Amis Parcours", est-ce légitime ou pas de souhaiter jouer sa pièce dans cette église ou dans un lieu de culte?
    -Est-ce légitime ou pas, de la part de la Commune d'insister pour que cette pièce puisse être jouée à l'endroit indiqué?
    -La Fabrique d'église a-t-elle le droit de refuser? Ne devait-elle pas tenir compte qu'une église est un lieu public dont le maintien et le fonctionnement ne sont possibles que grâce aux deniers publics?
    -Est-ce admissible ou pas que la Fabrique d'église porte un jugement sur cette pièce, sans l'avoir vue et sans avoir honoré l'invitation de la troupe d'assister à une de ses représentations?
    -Est-il normal ou pas que des églises sans valeur patrimoniale  continuent à être financées par les deniers publics alors que les pratiquants sont de moins en moins nombreux?
    -De manière générale, est-il normal ou pas que le public finance les cultes, alors que ceux-ci traduisent des convictions d'ordre privé?
    -Ne pourrions-nous pas choisir la destination de nos impôts, comme cela se fait dans certains pays?
    -Les religions n'ont-elles pas trop de pouvoir dans notre pays?
    -... Etc, etc.

    A vous la parole. Exprimez-vous. Donnez votre avis, posez vos questions. Débattons, Débablaton!
    Pour ce faire, utilisez le formulaire de commentaire sous ce texte (c'est la meilleure méthode) ou envoyez un mail à bernard.theis@skynet.be.

    A vos claviers!

     

     

    Lien permanent Catégories : Le Débablaton(c) 0 commentaire