liberté

  • Même sur un blog, on peut allumer une bougie

    Virtuellement mais sincèrement,
    avec crainte et avec espoir,
    avec conviction et révolte,
    j'ai allumé ma bougie sur la toile.

    C'est un coup de pouce à une association qui sans relâche, traque les atteintes à la liberté d'expression, partout, même dans les pays où ces atteintes sont aussi discrètes que pernicieuses.

    Mais c'est aussi et avant tout, une pensée solidaire vers tous ceux qui ont payé ou payent de leur liberté, de leur personne, de leur vie même, pour avoir dit, dénoncé, pointé les injustices. Pour penser autrement. Pour avoir utilisé des mots autres, même s'ils ne plaisaient pas. Des mots qui ne figuraient pas dans les dictionnaires des bien-pensances ou des pensées dominantes.

    Symboliquement, ce 10 décembre est le jour qui rappelle ce devoir incessant de pensée solidaire et de coup de pouce.

    B. TH.

    bougie,liberté,

    Lien permanent Catégories : Justes causes et bonnes solidarités 0 commentaire
  • Couvin: au conseil communal de ce jeudi

    Ce jeudi 2 octobre, le conseil communal de Couvin se réunit en séance publique à 19h à l'Hôtel de Ville, Grand'Place, 8.

    Il sera notamment question de divers marché et acquisition: remise en conformité de plaines de jeux et tout particulièrement sécurisation de la plaine de jeux de Frasnes (estimation: 7.500 €), remise en conformité et peinture des bureaux du Plan de Cohésion Sociale (estimation: 6.000 €), fourniture et pose d'une porte extérieure pour le réfectoire de l'école de Gonrieux (estimation 5.000 €), acquisition de matériel informatique pour la bibliothèque (estimation: 25.000 €), aménagement du site Courthéoux deuxième phase (estimation: 20.000 €), acquisition de panneaux de signalisation routière et de matériel de sécurité (estimation: 16.000 €), acquisition b de matériel pouyr l'aménagement du centre administratif (estimation: 13.000 €), matériel de chantier (estimation: 91.500 €), matériel pour l'aménagement des écoles de Cul-des-Sarts et d'Aublain (estimation: 2.000 €), réparation de l'Unimog du Service d'incendie (estimation:  3.110 €).

    Le Service d'incendie est aussi concerné par le recrutement d'un sapeur-pompier-ambulancier volontaire. Couvin envisage aussi de créer une place de stationnement pour personnes à mobilité réduite à la rue de la Marcelle.

    Couvin envisage d'adhérer à l'intercommunale IGRETEC et donc de bénéficier de certains de ses services. Une prise de participation dans le  capital de cette intercommunale amènera la Ville à une dépense de 6,20 €, soit le prix d'une part.

    Il sera aussi question de l'installation et de l'utilisation de caméras de surveillance, sujet sur lequel la Ville de Couvin, ce jeudi, formulera un avis.

    Humeur: des caméras de surveillance, est-ce bien opportun?

    Ce dernier point, "Installation et utilisation de caméras de surveillance - Avis" interpelle "Le Couvinois, le blog qui vous dit quoi".

    Voici pourquoi.

    Si l'on en croit les confrères du quotidien "L'Avenir" (édition de ce mercredi 1er octobre et site http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20140930_00536668), les Ets Lauvaux seraient à la base de cette proposition. L'avenir écrit: "En fin de conseil, les élus auront aussi officiellement connaissance du placement de caméras sur l’espace public, autour des Ets Lauvaux, au centre-ville, pour la surveillance de cette société".

    Cette formulation laisse supposer que le Conseil communal sera informé du placement de caméras. Bref, être mis devant le fait accompli d'une décision déjà prise d'utiliser l'espace public à des fins de surveillance privée. Voilà qui est assez surprenant, quand on devrait s'attendre à une démarche inverse: demande d'autorisation, débat en conseil communal, décision favorable ou défavorable.

    Placer des caméras de surveillance sur l'espace public n'est pas anodin. Tout citoyen, même le plus inoffensif, peut ainsi être vu, observé, sans qu'il ait donné son autorisation. Une suspicion est ainsi posée sur tout individu. Cela renforce le sentiment d'insécurité auquel adhèrent certains citoyens, parfois sans fondement réel. Une caméra en action est une intrusion dans la vie privée de chaque citoyen en mouvement dans l'espace public. Quelles sont les garanties offertes, sur la préservation de ces libertés fondamentales ?

    Indépendamment de ces questions et menaces, des dispositions légales existent. Elles sont consignées notamment dans l'article 5 de la Loi réglant l'installation et l'utilisation de caméras de surveillance. Le respect de ces dispositions est un minimum et ne doit pas empêcher un questionnement fondamental , tant sur la sécurité que sur la liberté.

    BERNARD THEIS

    N'hésitez pas à réagir à cet article, par un commentaire envoyé sur ce blog. Le sujet mérite débat.

     

    Lien permanent Catégories : A l'agenda, Couvin: quoi de neuf?, Humeur, humour et grognes, Politique locale et régionale 0 commentaire